5 conseils RSE de base qui ne coûtent rien, ou presque

Clément Fournier

Rédacteur en chef

Voir tout

Parce que la RSE ça ne veut pas forcément dire gros budget, voici 5 conseils RSE de base à mettre en place quand on veut s’y mettre, mais pas y mettre le prix.

Pour beaucoup d’entreprises, l’un des premiers freins à la mise en place d’une stratégie RSE, c’est le coût. Comme on a parfois du mal à voir le bénéfice immédiat, beaucoup de gestionnaires sont réticents à l’idée de mettre de l’argent dans un programme RSE dont ils ne sont pas sûrs des retombées.

Mais certains gestes RSE simples peuvent être gratuits, ou presque. En voici 5.

1 – Adopter un management bienveillant et positif

On le sait, de plus en plus de salariés sont attirés par les entreprises mettant en place un management bienveillant et positif. L’ère du management de la répression et du contrôle touche peu à peu à sa fin, et cette transition fait partie intégrante d’une politique RSE intégrée. C’est même l’un de ses aspects les plus importants sur le volet bien-être au travail et management.

Promouvoir dans votre entreprise un management plus responsable, prenant en compte les besoins des  salariés, et mis en oeuvre dans une démarche de co-construction peut-être la première étape d’une transition vers l’entreprise plus responsable. Car une entreprise responsable c’est aussi une entreprise qui prend soin de ses collaborateurs.

2 – Valoriser les éco-gestes dans vos bureaux

De nombreux gestes peuvent être mis en place dans l’entreprise sans que cela coûte un centime. Par exemple, bien penser à gérer l’éclairage ou les consommations d’eau permet de limiter ses impacts sur l’environnement et bien souvent de réduire ses factures. Vous pouvez également réduire le chauffage ou la climatisation dans votre entreprise, ou la moduler de façon à dépenser moins d’énergie. Pensez aussi aux écogestes informatiques : bien entretenir votre matériel informatique pour le faire durer le plus longtemps possible, adopter les bonnes pratiques logicielles…

Il y a tout une manne de petits gestes à mettre en place qui ne nécessitent qu’un peu de pédagogie.

3 – Éviter les déchets et gaspillages inutiles

Dans le même ordre d’idée, on peut adopter une politique « responsable » sans se ruiner en faisant simplement la liste des déchets et gaspillages évitables dans l’entreprise. Par exemple, dans de nombreuses entreprises on trouve des fontaines à eau sous forme de gros bidons en plastique. En plus de coûter cher à l’entreprise, ces pratiques n’ont aucun intérêt sur le plan sanitaire (les études récentes ayant démontré que l’eau en bouteille contient plus de résidus chimiques que les eaux du robinet), et elles ont un impact négatif sur l’environnement.

Même chose pour les gobelets en plastique à disposition, ou les goodies corporate qui pullulent dans certaines entreprises. Et tant que vous y êtes, adoptez une politique en matière d’impression : avouez que vous n’avez pas vraiment besoin d’imprimer tous ces e-mails…

4 – Développer une vraie culture d’entreprise autour des enjeux RSE

Globalement, tout ces conseils peuvent se résumer en un seul : développer une vraie culture d’entreprise autour des sujets de développement durable, de RSE et de résilience. En effet, quel que soit le programme RSE que vous souhaitez mettre en place ce sont vos collaborateurs, les acteurs de l’entreprise qui le mettront en pratique au quotidien. Voilà pourquoi il est nécessaire pour eux de bien connaître les enjeux et d’adhérer aux principes que votre stratégie RSE entend défendre.

C’est un pré-requis fondamental, et cela peut se faire sans dépenser trop d’argent. Un peu de temps, de pédagogie et d’écoute sont sans doute les meilleurs moyens de faire émerger ce type de culture dans l’entreprise. Bien sûr, si votre structure compte 50 000 salariés, il faudra peut-être mettre un peu d’argent sur la table pour informer tout le monde.

5 – Ouvrir le dialogue avec vos parties prenantes

Enfin, pour jeter les bases d’une politique RSE qui va au fond des choses (et sans que cela coûte un bras) vous pouvez commencer à ouvrir le dialogue avec vos parties prenantes. Trop d’entreprises fonctionnent encore de façon isolée, sans se préoccuper de l’avis de leurs consommateurs, des associations parties prenantes de leurs activités ou des communautés affectées. Or dans le cadre d’une stratégie RSE, ces parties prenantes sont fondamentales.

Leur parler, les écouter, les tenir au courant et organiser éventuellement des sessions de co-construction avec elles est sans doute l’un des meilleurs moyens d’identifier et de comprendre vos grands enjeux RSE. Ça et une analyse de matérialité, et vous aurez toutes les clefs pour lancer votre stratégie RSE sur de bons rails.

À votre tour d'agir !
Ces informations vous sont utiles ? Montrez-le !
Partagez pour faire connaître ce sujet !
Commentez
Partagez votre expérience avec la communauté
Abonnez-vous à notre newsletter pour rester informé

Commentaires

Vous devez vous connecter pour poster un commentaire

Il n'y a pas encore de commentaire. Inscrivez-vous ou connectez-vous pour être le premier à partager votre expérience ou poser votre question à l'auteur.