Donner une Seconde Vie aux Terrains Abandonnés et Lutter contre l’Étalement Urbain avec AdopteUneFriche

Marine Diers

Editor at e-CSR.net and e-RSE.net (french version) Community Manager & Digital / CSR Expert at Comeen

Voir tout

Vous est-il déjà arrivé de passer devant un bâtiment abandonné et de vous demander pourquoi il n’a aucune utilité ? Des friches, nous en voyons partout autour de nous et souvent depuis toujours. Dommage…

Depuis peu, les choses changent. Les friches sont désormais des lieux populaires. Bars, lieux d’exposition, salles de concert… Des espaces de divertissement commencent à s’installer dans ces bâtiments abandonnés. La friche devient une opportunité !

L’initiative : « AdopteUneFriche », donner une seconde vie aux terrains abandonnés

Chaque année en France, des terres agricoles disparaissent au profit de l’étalement urbain. Cela représente l’équivalent d’un département tous les dix ans. Dommage quand on sait qu’entre 200 à 300 000 friches industrielles sont recensées sur le territoire (source Ademe) dont près de 140 hectares à Paris petite couronne (2007).

Aujourd’hui, la lutte contre l’étalement urbain doit devenir une priorité. Il est nécessaire de se réapproprier les espaces non utilisés, notamment les friches industrielles ou urbaines.

AdopteUneFriche - Image2

C’est à partir de ce constat qu’est née l’initiative « AdopteUneFriche ». L’objectif : mettre en relation propriétaires de friches et start-up ou collectifs en recherche d’un espace de résidence.

Comment ça marche ? Le « AdopteUnMec » de la location

Sur le principe du site de rencontre « AdopteUnMec », « AdopteUneFriche » vient recenser des lieux industriels et urbains abandonnés puis les met à disposition de porteurs de projets.

Les collectivités ou propriétaires sont invités à venir proposer leur friche ; les porteurs de projets, à adopter une friche. La durée des baux varie de quelques mois à plusieurs années.

AdopteUneFriche - Image1

Ce projet est gagnant / gagnant :

  • Les propriétaires économisent les frais de gardiennage et voient leur terrain entretenu ;
  • Les entreprises profitent d’un terrain à faibles coûts.

Du lancement au développement

L’idée est née dans l’esprit de l’urbaniste Seiko Watanabe. Son constat de départ : « tout nouveau projet d’aujourd’hui est une friche de demain ».

Lancé en juillet dernier, le site est actuellement en construction et ne répertorie pas encore de friches.  La prise de contact a commencé, l’objectif à court terme est de constituer une cartographie de ces friches.

Pour en savoir plus

Retrouvez le projet sur Facebook, Twitter et Pinterest.

 

Vous aussi, vous avez développé une initiative ayant un impact social ou environnemental positif sur notre quotidien, n’hésitez pas à nous contacter sur dede@comeen.com.

À votre tour d'agir !
Ces informations vous sont utiles ? Montrez-le !
Partagez pour faire connaître ce sujet !
Commentez
Partagez votre expérience avec la communauté
Abonnez-vous à notre newsletter pour rester informé

Commentaires

Vous devez vous connecter pour poster un commentaire

  • Abriko
    J'ai rencontré Seiko à sa présentation à The Family et l'idée est en effet séduisante. Peut être trop. Ce n'est pas pour rien si une friche est une friche. Cela représente un coup lourd dans la dépollution et la mise en sécurité. Il faut en général attendre que les coups de logement du coin explose pour que ça devienne rentable. C'est d'ailleurs pour ça que parfois, on croise des no man's land en pleine ville, à la porte de Paris pas encore en chantier alors que c'est le cas tout autour. Ensuite, y a t il une différence entre la friche et la friche industrielle? Car à tout vouloir "entretenir", on chasse la nature élémentaire: http://www.reporterre.net/Les-friches-derniers-espaces-naturels-de-France-en-voie-de-disparition