poubelles recyclage

Mieux comprendre le recyclage du plastique en France

Valentine Ambert - Rédactrice - Youmatter

Rédactrice pour Youmatter. Formée à Sciences Po Lyon, spécialisée sur les enjeux de développement en Afrique subsaharienne contemporaine et investie dans les secteurs de la RSE, du progrès social et de la transition écologique.

Voir tout

Les plastiques sont-ils vraiment recyclés ? Peuvent-il être recyclés à l’infini ? Pourquoi certains plastiques sont recyclés et d’autres non ? On essaie de répondre à quelques questions pour vous aider à mieux comprendre le recyclage du plastique en France.

Le recyclage du plastique est souvent une question floue, sur lesquelles circulent les idées reçues, les préjugés et les questions. Pourtant, le plastique est au coeur de nos vies, et son recyclage est un enjeu fondamental. Alors pour mieux comprendre, nous avons pris le temps de trouver les réponses à quelques questions autour du recyclage du plastique. Que deviennent nos emballages une fois placés dans la poubelle de tri ? Sont-ils toujours recyclés ? Quelles sont les limites du recyclage ? Testez vos connaissances sur le sujet avec notre article.

En France, la majorité des déchets plastique sont recyclés

Faux

Les chiffres varient un peu selon les sources, mais ils sont clairs : la majorité des plastiques en France ne sont pas recyclés. Selon un rapport de Plastics Europe, 24,2% des déchets plastiques post-consommation étaient recyclés en France en 2018, contre 43,3% qui étaient incinérés (un processus qui permet d’ailleurs de générer de la chaleur et de l’électricité, donc de valoriser les déchets) et 32,5% finissaient dans une décharge. Selon CITEO, entreprise gestionnaire du recyclage en France, le plastique serait recyclé à 28% en France.

Le pays est même en retard par rapport à ses voisins européens : par exemple, l’Allemagne recycle plus de 38% de ses déchets plastique post-consommation et en envoie moins de 1% en décharge. Néanmoins, le volume de déchets destinés au recyclage a augmenté de 79% entre 2006 et 2018 en France.

L’enjeu est d’arriver à recycler une plus grande proportion de nos déchets plastiques, à travers des lois et des filières dédiées.

Un emballage contenant de la matière recyclée est forcément recyclable

Faux

Un emballage composé en partie ou en totalité de matière recyclée signifie que l’on a utilisé dans la fabrication de la matière dite secondaire issue du recyclage. Un emballage recyclable signifie qu’il a été fabriqué avec une matière qui peut être traitée par une usine de recyclage, pour qu’elle soit transformée en une nouvelle matière dite secondaire, qui servira à fabriquer de nouveaux emballages ou de nouveaux objets.

La distinction entre recyclé et recyclable étant faite, il faut garder à l’esprit que ce n’est pas parce qu’un emballage contient de la matière recyclée qu’il est recyclable et à jeter dans la poubelle jaune. Par exemple, une barquette de gâteaux peut être fabriquée avec des matériaux recyclés, mais la consigne de tri nationale indique qu’elle est à jeter dans la poubelle d’ordures ménagères.

Et là encore, il faut nuancer, car en réalité, le recyclage de nos emballages dépend du territoire sur lequel on se trouve. Des acteurs du recyclage vont recycler un certain type de plastique dans une localité, mais il n’y aura peut-être personne pour recycler ce type de plastique ailleurs. On comprend donc mieux pourquoi les consignes de tri varient localement.

Vous avez aussi peut-être entendu parler de la simplification du tri ou de l’extension des consignes de tri dans certaines communes, où les habitants mettent tous les emballages dans le bac de tri. Au 1er janvier 2021, 35 millions de Français sont concernés indique Citeo, et ce processus devrait se généraliser. L’objectif est double. D’une part, il s’agit de simplifier le geste de tri alors que 4 Français sur 5 expriment des doutes au moment de recycler leurs emballages. D’autre part, il s’agit d’encourager la recherche et la mise en place de nouvelles solutions industrielles de traitement des déchets, dont le recyclage. Ce n’est donc pas parce que ces déchets dans le bac de tri sont collectés qu’ils sont recyclés. Ceux que l’on ne recycle pas ou que l’on ne sait pas recycler sont enfouis ou incinérés.

En attendant la simplification du tri, vous pouvez consulter ce guide du tri de Citeo pour connaitre les consignes de votre localité.

Les industriels ont tendance à entretenir la confusion entre recyclable et recyclé

Vrai

On l’a compris, un déchet jeté dans la poubelle de tri n’est pas forcément recyclé. La confusion entre recyclable et recyclé est largement répandue dans l’esprit des consommateurs qui pourtant ont envie de bien faire.

Il faut dire que cette confusion est en partie entretenue par les industriels. Leur objectif étant avant tout d’écouler leurs produits, ils ont tout intérêt à continuer de jouer sur les mots, et rassurer le consommateur quant à la fin de vie des emballages, laisser penser qu’il n’y a pas de problème. Les slogans marketing estampillés sur les emballages comme « 100% recyclé » ou encore « économie circulaire » peuvent prêter à confusion et fleurtent avec le greenwashing, contribuant à maintenir l’opacité sur le monde du recyclage. D’où la nécessité de mieux informer sur le recyclage et ses limites.

Pour aller plus loin, on va même jusqu’à trouver des entreprises comme Shell, ExxonMobil ou encore Total, dont le modèle économique repose sur l’exploitation et le raffinement d’hydrocarbures et la production de plastique derivé des énergies fossiles dépenser dans le même temps des sommes d’argent colossales pour lutter contre la pollution plastique, notamment via l’alliance End Plastic Waste. Au-delà de l’ironie de la situation, une enquête menée par Reuters en janvier a mis en évidence l’échec de l’un des projets phares de l’Alliance visant à nettoyer le Gange en Inde. Pour l’ONG Greenpeace, cette alliance sert de « distraction » aux plans d’expansion de ces groupes.

Pour des raisons techniques ou économiques, certains emballages ne sont pas recyclés

Vrai

Certains plastiques comme le PVC sur nos fenêtres ou encore le polyuréthane des mousses isolantes, le polystyrène de nos barquettes de viande ou de poisson sont très peu voire pas recyclés. Le PET des bouteilles en plastique ou le PEBD des sacs et films plastique se recyclent à l’inverse très bien.

On peut identifier 2 raisons principales à cela : les difficultés techniques à recycler certains emballages complexes, et le manque d’acteurs pour recycler certains plastiques, notamment en raison du manque de rentabilité économique.

Sur le plan technique d’abord, la complexité de certains emballages rend le processus de recyclage compliqué. La composition des emballages est différente d’un produit à l’autre, où des colles, des encres, des vernis, des colorants et des additifs particuliers sont utilisés, mais non mentionnés car relevant du secret industriel. Les différentes couches d’un emballage sont généralement extrêmement fines, difficiles à séparer, et de nombreux emballages considérés comme trop complexes sont ainsi incinérés ou enfouis. Un nombre restreint de solutions d’emballage, et des emballages dont on connait la composition aiderait la tâche des recycleurs.

Et puis, certains emballages plastiques, notamment des emballages complexes, ne sont pas recyclés car cela est trop coûteux et ne permet pas une rentabilité économique. Il faudrait pour ces emballages des filières complexes qui n’existent pas, ou alors pas sur tout le territoire. D’autres raisons entrent en jeu également. Pour les emballages petits et peu chers comme les pots de yaourt, il faut réussir à en collecter un grand nombre pour que le recyclage soit rentable, si l’on prend en compte les coûts d’acheminement des déchets et le tri en centre. Il faut aussi que le tri soit bien réalisé. Un emballage en carton sale est par exemple plus difficile à recycler car la fibre cellulose est dégradée.
Ainsi, beaucoup de nos emballages sont recyclables mais non recyclés par manque d’une filière de recyclage économiquement viable pour s’en occuper.

Mais les choses bougent lorsque les grands groupes industriels, qui ont des moyens importants, s’emparent du sujet. Au mois de janvier, un consortium d’industriels agroalimentaires s’est engagé à participer au financement d’une filière de recyclage du polystyrène, qui comprend par exemple les pots de yaourt et barquettes de viande ou de poisson, emballages rarement recyclés en France.

Le plastique peut être recyclé à l’infini

Faux

Les enjeux autour du recyclage du plastique concernent à la fois la recyclabilité de l’ensemble des types de plastique, mais aussi le nombre de cycles de recyclage que pourra supporter le matériau, en altérant le moins possible sa qualité et ses caractéristiques « nobles ».

Aujourd’hui, on constate des pertes de 2, 3, 5% voire davantage au cours d’un cycle de recyclage, qui varie notamment selon le type de matériau. Cela peut paraître peu, mais si à chaque cycle 5% de matière est perdue, cela signifie que l’on perd la moitié de la matière après seulement 14 cycles !

Ces pertes ne sont pas prises en compte dans les chiffres du recyclage qui se basent sur la quantité de matière fournie aux entreprises de recyclage, pas sur les tonnes de matières recyclées effectivement produites.

Dans tous les cas on a constamment besoin d’ajouter de la matière première, d’une part pour faire face à la demande en croissance de certains produits, et d’autre part pour compenser les pertes, que ce soit au cours du processus du recyclage ou à d’autres moments (acheminement jusqu’au centre de tri, erreurs de tri, absence de poubelle de tri…).

Pour toutes ces raisons, on comprend donc que si une marque produit 100 bouteilles d’eau en plastique, elle ne pourra pas produire 100 bouteilles recyclées à partir de ces premières bouteilles.

Le réemploi de la matière est illimité

Faux

L’ADEME explique que l’on distingue deux types de recyclage :

  • Le recyclage en boucle fermée, où la matière première est reutilisée pour un même utilisation de la MPR pour un usage et une destination identiques sans perte fonctionnelle de la matière (par exemple, une bouteille d’eau en plastique PET transformée en une nouvelle bouteille PET).
  • Le recyclage en boucle ouverte : utilisation de la matière de recyclage pour une destination différente (recyclage d’une bouteille en PET en fibre textile, pour le rembourrage de couettes ou de peluches par exemple).

Pourquoi les utilisations d’un matériau sont-elles limitées une fois passé par le processus de recyclage ? On peut identifier plusieurs raisons.

Déjà, au-delà de pertes quantitatives de matière, le recyclage entraîne également des pertes en termes de qualité, qui perd de ses propriétés physiques à chaque cycle. Or, au bout d’un moment, si la matière première est trop dégradée, on ne peut plus réaliser le produit souhaité.

Une seconde explication est liée aux contraintes techniques de la matière. En effet, la composition de nos produits est généralement complexe, de nombreux composants interviennent pour constituer le produit final. Il y a différents alliages qui rendent le produit final particulier, des additifs sont aussi ajoutés (des retardateurs de flammes par exemple) ou encore des colorants. Au final, tous ces paramètres contraignent le réemploi de la matière.

Et puis enfin le réemploi de la matière est encadré par la loi. Par exemple, pour concevoir un emballage recyclé destiné au contact alimentaire, il faut que la matière première utilisée ait auparavant uniquement servi au contact alimentaire.

L’objectif de 5% des emballages réemployés à l’horizon 2023 est inscrit dans la loi française

Vrai

C’est dans la loi AGEC (Anti-gaspillage et économie circulaire) datant de février 2020 que cet objectif a été fixé, et il est de 10% pour 2027.

Cela sous-entend de développer le système de consigne. Les contenants, bien souvent en verre, sont lavés puis de nouveau remplis pour être vendus. Plutôt que d’avoir un emballage qui sera jeté, que ce soit dans la poubelle des ordures ménagères ou dans la poubelle de tri, le réemploi économise des ressources et de l’énergie.

Pour autant, on ne peut pas tout faire sans emballage. Rien que lorsqu’on commande un plat à emporter ou que l’on achète une bouteille d’eau pour la boire dans la rue, ce que l’on appelle les « consommations nomades », il y a des déchets.

L’enjeu pour le futur est double : il s’agit à la fois d’utiliser intelligemment les ressources, et de réduire la quantité de déchets. Concernant le plastique par exemple, ses propriétés intéressantes le rendent utile pour produire de nombreux objets, mais on peut essayer de conserver cette ressource pour ce dont on a le plus besoin et essayer de s’en passer lorsque c’est possible, au regard de ses impacts environnementaux. La loi AGEC prévoyant la sortie du plastique à usage unique va dans ce sens.

Il faut surtout garder à l’esprit que le recyclage n’est pas LA solution, elle doit être alliée à d’autres, et notamment à une réduction massive de notre quantité de déchets. Le déchet le plus écologique reste celui qu’on ne produit pas.

Photo by Pawel Czerwinski on Unsplash

Dans ce monde complexe qui se dessine devant nous…

…nous sommes plus que jamais déterminés à décrypter et analyser tous les grands phénomènes qui agitent nos sociétés. A mettre sur le devant de la scène de l’information fact-checkée, basée sur la science, sans a priori et sans concession. A fournir aux citoyens de meilleures clefs de compréhension et d’action dans un monde en transition.
Pour fournir une information indépendante, de qualité, disponible au plus grand nombre et sans publicité pour le nouveau 4×4, nous pensons que l’information doit être libre.
Mais cela ne peut se faire sans vous.

 

Nous avons besoin de vous pour construire avec nous une information de qualité et gratuite pour tous, pour la diffuser, pour la partager autour de vous, mais aussi pour nous aider à préserver notre indépendance financière.
Chaque fois que vous contribuez par exemple à hauteur de 50 euros (17 euros après déduction fiscale), ce sont 2 000 citoyens qui sont mieux informés sur des sujets d’avenir.

 

Merci d’avance, en espérant continuer longtemps à construire avec vous une information digne de notre avenir,

L’équipe éditoriale de Youmatter.

À votre tour d'agir !
73
Ces informations vous sont utiles ? Montrez-le !
Partagez pour faire connaître ce sujet !
Commentez
Partagez votre expérience avec la communauté
S'abonner Abonnez-vous à notre newsletter pour rester informé