empreinte-carbone-emissions-CO2-francais-moyenne

Empreinte carbone : combien de CO2 émet un Français chaque année ?

Clément Fournier

Rédacteur en chef

Voir tout

Quelle est l’empreinte carbone moyenne d’un Français ? Combien de CO2 émet un Français chaque année ? Quelle est notre contribution aux gaz à effet de serre ? Et comment notre mode de vie influence-t-il ces émissions ? Décryptage.

Chaque semaine sur e-RSE.net, nous répondons à une question de nos lecteurs sur l’actualité ou les enjeux du développement durable (posez vos questions sur le développement durable sur notre page ici). Cette semaine, c’est Adriano qui nous demande : “Quelle est l’empreinte carbone moyenne d’un français (et comment le niveau de vie influence-t-il ce chiffre) ?”.

Quel est le bilan carbone d’un français ? Quelle est l’empreinte carbone d’un individu en France sur une année ? Voilà une question intéressante. Intéressante d’abord car elle permet de se rendre compte d’à quel point nous contribuons au réchauffement climatique. Et puis, intéressante car elle permet aussi de comprendre ce qui pollue le plus dans notre consommation annuelle. Notamment, cela permet de comprendre comment notre niveau de vie ou nos habitudes de consommation influencent nos émissions de gaz à effet de serre, ce qui est utile pour savoir où et comment réduire pour améliorer notre bilan climatique. Alors, combien de CO2 un Français émet-il en moyenne ? Voyons ce que disent les chiffres.

Quel est le bilan carbone d’un Français ? Combien de CO2 émet un Français chaque année ?

D’abord, faisons un point de méthode. Lorsque l’on parle de l’empreinte carbone d’un français on cherche à savoir quelles sont les émissions de gaz à effet de serre moyennes d’un français sur un an. Ce chiffre regroupe tous les gaz à effet de serre, c’est-à-dire autant le CO2 que le méthane et les autres gaz à effet de serre et on l’exprime en équivalents CO2, ou par facilité en CO2. Et il peut prendre en compte les émissions directes (celles que nous produisons en prenant notre voiture par exemple) mais aussi y ajouter nos émissions indirectes (celles que nous ne produisons pas directement mais dont nous sommes indirectement responsables  par notre consommation). Par exemple, si vous achetez un téléphone produit en Chine, on considère que vous êtes responsable de l’ensemble des émissions de gaz à effet de serre liées à la production de ce téléphone, même les émissions réalisées en Chine pour la fabrication. C’est plutôt logique, puisque c’est vous l’utilisateur final de ce produit. Ici on parlera de l’empreinte carbone d’un Français entendue comme l’ensemble des émissions causées par la consommation d’un français, c’est-à-dire à la fois ses émissions directes et indirectes.

En France, c’est le gouvernement, l’ADEME et le Ministère de la Transition Écologique qui font ces calculs. Sur les dernières années, ces institutions ont estimé que le bilan carbone moyen d’un français était d’environ 12 tonnes d’équivalents CO2 par an. L’essentiel de ces émissions proviennent de nos transports et de notre utilisation de l’énergie, mais aussi des choses que nous importons de l’étranger (les biens de consommation, le pétrole…). Pour rappel, en théorie on ne devrait pas dépasser 1.2 à 2 tonnes de CO2 par an et par habitant pour être neutres en carbone.

D’où viennent les émissions de l’empreinte carbone d’un Français ?

D’après les données du Ministère de la Transition Écologique, les trois principaux postes d’émissions de CO2 d’un français sont en tête le logement et le transport (pratiquement à égalité avec un peu moins de 30% des émissions) suivis de l’alimentation (environ 16%). Ces chiffres datent de 2012.

En reprenant les données officielles du Ministère de la Transition Écologique, les inventaires nationaux de la consommation et les données du cabinet d’évaluation environnementale Carbone 4, l’ingénieur énergie indépendant Régis Janvier obtient sur son blog Ravijen des chiffres assez proches. Cependant, ses données permettent de rentrer un peu plus dans le détail. Grâce à ces données (voir la méthodologie ici) on peut savoir un peu plus précisément d’où viennent nos émissions de CO2. Voici les principales sources d’émissions dans l’empreinte carbone moyenne d’un français

1 – La voiture : 2 tonnes de CO2 par an

La voiture reste encore aujourd’hui la principale source d’émissions de CO2 des Français, avec près de 2 tonnes de CO2 par an et par personne. Elle devance largement l’usage de l’avion (en moyenne 480 kg de CO2 par an et par personne). La voiture individuelle est aujourd’hui encore l’un des transports les plus polluants (et bien souvent le transport le plus polluant si l’on regarde les émissions de CO2 par passager et par kilomètre parcouru). De ce fait, pour réduire les émissions de CO2 du pays, la réduction de notre usage de la voiture est la priorité numéro 1.

2 – L’énergie de nos logements : 1.7 tonne de CO2 par an

Le deuxième poste d’émissions de CO2 d’un Français, c’est l’énergie qu’il utilise dans son logement : gaz, chaleur, électricité… Mais cela prend aussi en compte l’énergie utilisée pour les services associés au logement comme le traitement des déchets. Deuxième priorité pour réduire nos émissions : réduire nos besoins en énergie dans nos logements, et cela passe notamment par la rénovation thermique et énergétique des logements, mais aussi par plus de sobriété énergétique.

3 – Les services publics et les services de santé : 1.5 tonne de CO2 par an

Le troisième poste le plus important de nos émissions de gaz à effet de serre est un poste global : il regroupe tous les services publics et les infrastructures de santé. Il s’agit donc à la fois des services comme la sécurité nationale (police, gendarmerie, défense), de la santé, d’éducation ou de justice et bien d’autres. On considère que ces services qui profitent à tous émettent des gaz à effet de serre que l’on répartis entre les Français.

4 – L’achat et les usages des nouvelles technologies : 1.2 tonne de CO2 par an

Internet, ordinateurs, téléphonie mobile, mais aussi high-tech représentent le troisième poste d’émissions de CO2 d’un Français. L’achat de nouvelles technologie progressant chaque année, c’est un poste qui risque d’augmenter dans les années à venir. Pour y remédier, il faut avant tout prolonger l’usage de notre matériel et éviter de changer fréquemment de téléphone ou d’ordinateur. Aussi, il faut privilégier les filières du réemploi.

5 – L’alimentation (viande et poissons) :  1.15 tonne de CO2 par an

On le sait, les aliments d’origine animale ont souvent une empreinte carbone élevée. C’est notamment le cas du boeuf et de l’agneau, qui représentent 650 kg de CO2 par an et par personne, soit environ 6% de notre empreinte carbone totale. La volaille ou le porc, ainsi que les produits de la mer ont une empreinte carbone largement inférieure (moins de 200 kg par an et par personne, soit environ 1-1.5%). Pour réduire votre empreinte carbone alimentaire, il faut donc réduire en priorité la consommation de boeuf et autres ruminants, surtout ceux qui sont élevés en élevage industriel (plus émetteurs).

empreinte carbone français moyen

Comment le niveau de vie influence l’empreinte carbone des Français

Evidemment, ces chiffres varient en fonction du niveau de vie et surtout du mode de vie de chacun. Evidemment, si vous n’utilisez pas de voiture par exemple, votre bilan carbone sera diminué d’autant… Même chose si vous prenez l’avion très souvent (ou pas du tout) ou si vous ne mangez pas de viande. Ainsi, on peut tirer certains enseignements du bilan carbone des Français en fonction de leur mode de vie. En voici quelques uns, issus des données de l’Observatoire du Bilan Carbone des Ménages :

Les urbains polluent émettent moins de CO2 et polluent moins que les ruraux

C’est logique : en ville on émet moins de CO2 pour plusieurs raisons. D’abord, parce qu’on utilise moins sa voiture, grâce à la présence des transports en commun, mais aussi parce que les ruraux parcourent souvent de plus grandes distances au quotidien. D’autre part, les logements sont souvent plus petits en ville, ils utilisent donc moins d’énergie et émettent moins de CO2. Selon l’Observatoire du Bilan Carbone des Ménages, les grandes villes (plus de 100 000 habitants) sont celles où l’on émet le moins de CO2, bien que les plus grandes aient parfois un bilan carbone un peu alourdi par les voyages en avion plus fréquents.

Les personnes âgées polluent plus que les autres

Avec souvent des logements plus grands, et un usage plus fréquent de l’avion en moyenne, les plus de 65 ans ont la plus grosse empreinte carbone. L’avion représente 31% du bilan carbone moyen d’un retraité. Les actifs autour de la trentaine ont l’empreinte carbone la moins élevée, grâce à la structure des familles : ayant des enfants, leur empreinte carbone est divisée (on chauffe un logement pour 3 ou 4 au lieu de 2, cela divise les émissions par personne).

Plus on est nombreux par foyer, moins on pollue

Même chose ici : plus on est nombreux par foyer moins l’on pollue. C’est logique puisque toutes les émissions de gaz à effet de serre au quotidien sont divisées par un nombre plus important d’individus : si on utilise sa voiture à deux on pollue moins que si on l’utilise seul par exemple. Une personne vivant seule pollue 3 fois plus qu’une famille nombreuse.

Les plus riches polluent le plus

Plus on gagne d’argent, plus on pollue. Là encore c’est logique puisque l’on consomme plus : plus gros logements, plus grosse voiture, plus de voyages en avion. Les cadres supérieurs émettent 38% de leurs émissions de CO2 à cause de l’avion et ils émettent en moyenne 15 à 20% de plus que la moyenne nationale.

 

À votre tour d'agir !
Ces informations vous sont utiles ? Montrez-le !
Partagez pour faire connaître ce sujet !
Commentez
Partagez votre expérience avec la communauté
Abonnez-vous à notre newsletter pour rester informé

Commentaires

Vous devez vous connecter pour poster un commentaire

Il n'y a pas encore de commentaire. Inscrivez-vous ou connectez-vous pour être le premier à partager votre expérience ou poser votre question à l'auteur.