Clément Fournier - Rédacteur en chef

Youmatter

Formé à Sciences Po Bordeaux et à l'École des Mines de Paris aux enjeux sociaux, environnementaux et économiques, Clément est depuis 2015 rédacteur en chef de Youmatter.

Voir tout

Les 1% les plus riches émettent deux fois plus de CO2 que les 50% les plus pauvres. Une donnée qui montre l’équation complexe entre réduction des inégalités et réchauffement climatique.

Selon un rapport réalisé par Oxfam et le Stockholm Environment Institute (SEI), les plus riches polluent nettement plus que les plus pauvres. Les 1% les plus riches de la planète pollueraient ainsi plus de deux fois plus que les 50% les plus pauvres.

C’est assez logique : plus l’on dispose d’un revenu élevé, plus l’on consomme. On prend plus souvent l’avion, on consomme plus de biens manufacturés, on roule plus en voiture, et bien souvent dans de plus grosses voitures… Bref, on consomme plus d’énergie, plus de ressources et on émet donc plus de polluants.

Cette relation entre richesse, émissions de CO2 et réchauffement climatique est connue depuis assez longtemps. Mais les données du rapport Oxfam / SEI permettent de creuser cette question de façon plus intéressante. Elles montrent ainsi, par exemple, que réduire les inégalités mènerait étonnamment à une augmentation des émissions de CO2 globales. Tentons de comprendre.

Émissions de CO2 : qui sont les “riches” et les “pauvres ?

D’abord, prenons un instant pour comprendre ce que signifient ces chiffres et comment ils se répartissent sur la planète.

Dans l’étude Oxfam / SEI, lorsqu’on dit que les 1% les plus riches de la planète émettent 15% du CO2 mondial, on parle des individus dont le revenu annuel est supérieur à 109 000 dollars (soit environ 92 000 euros par an). De ces 15% du CO2 mondial, plus d’un tiers (5.7% des émissions globales) est émis par les ultra riches en Amérique du Nord. Le reste vient en majorité de pays où l’on trouve des ultra-riches : Moyen-Orient et Afrique du Nord (2.7%), Chine (2.1%), et en Europe (1.6%).

Les 10% les plus riches, ce sont ceux dont le revenu est supérieur à 38 000 dollars annuels (soit environ 32 200 euros). Dans ces 10%, on compte environ 770 millions de personnes, dont une part significative des habitants des pays développés, mais aussi des pays en développement. Des 49% des émissions de CO2 mondiales attribuables à ces 10% les plus riches, plus d’un tiers viennent d’Amérique du Nord (16%), près d’un sixième viennent d’Europe (8.5%) mais l’Asie n’est pas loin derrière (Chine 7.3%, Asie hors Inde 4.7%).

Spontanément, alors que l’on aurait pu penser que les 1% les plus riches seraient tous des européens ou des américains, ce n’est pas vraiment le cas. On trouve des ultra riches sur tous les continents, et s’ils sont souvent situés en Amérique du Nord, ils sont aussi bien présents dans les pays à forte croissance comme la Chine, ou les pays de rente comme les pays du Golfe. À ce titre, les ultra-riches chinois sont responsable d’une plus grande part des émissions de CO2 globales que les ultra-riches européens, par exemple (2.1% contre 1.6%).

Quant aux 10% les plus riches, c’est la même chose : une part significative des émissions qui leur sont attribuables proviennent évidemment d’Amérique du Nord et d’Europe, mais aussi d’Asie (hors Inde) : 12%, soit un quart des émissions du groupe des 10% les plus riches. Et ce chiffre a beaucoup augmenté : entre 1990 et 2015, la part de l’Asie dans les émissions de CO2 des 10% les plus riches a plus que doublé.

Sans surprise en revanche, les émissions de CO2 des 50% les plus pauvres proviennent très largement des pays très pauvres : l’Inde en premier lieu, mais aussi les populations pauvres de Chine ou d’Afrique sub-saharienne.

Le développement et la croissance : moteurs de la hausse des émissions de CO2

On est donc face à un constat très significatif : les pays qui ont le plus augmenté leur contribution aux émissions de CO2 globales sont les pays qui ont connu la plus forte augmentation de richesse ces dernières années. La Chine, par exemple, qui s’est énormément développé depuis 30 ans, compte désormais de plus en plus de “riches” (que ce soit dans les 1% ou dans les 10% les plus riches) et compte donc de plus en plus dans les émissions globales.

Et cela vaut pour les ultra-riches comme pour les classes moyennes. En fait, souvent, lorsqu’un pays se développe et que sa population a accès à plus de confort matériel et de consommation, la pollution qu’il génère augmente.

Mais ce mouvement n’est pas linéaire et systématique. L’Europe en est un bon contre-exemple. En 1990, l’Europe représentait 27% des émissions de CO2 mondiales (soit environ 6 milliards de tonnes de CO2) contre seulement 16% en 2015 (soit 5.7 milliards de tonnes de CO2). Malgré un accroissement de la richesse sur le continent, l’Europe pollue donc (un peu) moins qu’en 1990, notamment grâce à des efforts de transition énergétique et écologique. En Amérique du Nord, en revanche, on observe pas une telle réduction : la région représentait 27.6% des émissions de CO2 en 1990, soit 6.2 milliards de tonnes de CO2, contre 26% aujourd’hui, soit 9.2 milliards de tonnes de CO2.

À de rares exceptions, développement et croissance semblent donc bien être des moteurs des émissions de CO2 et de la pollution. Tous les pays ayant connu une forte croissance économique à l’exception de l’Europe ont augmenté leurs émissions globales entre 1990 et 2015. Et cela pose des questions significatives pour l’avenir : les pays en développement vont-ils continuer à augmenter leurs émissions de CO2 au fur et à mesure de leur développement ? Lutter contre les inégalités pourrait-il empêcher les émissions d’augmenter ? Peut-on envisager un développement plus inclusif et plus écologique en même temps ?

Réduire les inégalités = augmenter les émissions de CO2 ?

Le rapport s’attache précisément à répondre à une partie de ces questions dans une seconde partie. Les chercheurs ont ainsi fait des projections pour tenter de quantifier l’évolution des émissions de CO2 dans l’avenir, en fonction de différents scénarios de transition écologique et de lutte contre les inégalités.

Et le constat est sans appel : quel que soit le scénario, lorsque la croissance économique et le développement se poursuivent, les émissions augmentent. Mais en réalité, elles augmentent encore plus dans les scénarios où les inégalités se réduisent. En effet, si on réduit les inégalités, un nombre croissant d’individus sortent de la pauvreté, et obtiennent de ce fait l’accès à des modes de consommation plus polluants.

Ainsi, dans le scénario où le monde se dirigerait vers une réduction significative des inégalités, les émissions de CO2 en 2060 atteindraient 65 milliards de tonnes de CO2 par an… Soit 20% de plus que dans un scénario sans réduction des inégalités (55 milliards de tonnes de CO2). En d’autres termes : réduire les inégalités fait augmenter les émissions de CO2, en tout cas lorsque cela vise à sortir les plus précaires de la pauvreté. Et le constat vaut même à plus long terme : en 2100, les émissions de CO2 dans le scénario avec réduction des inégalités sont toujours plus de 20% supérieures à celles du scénario sans réduction des inégalités.

Autre chiffre parlant : si les 50% les plus pauvres adoptaient le mode de vie de la classe moyenne globale d’aujourd’hui (entre 5000 et 32 000 euros de revenu par an), ce sont près de 17 milliards de tonnes de CO2 supplémentaires qui seraient émises chaque année dans l’atmosphère.

Il faut bien entendu réduire les émissions des plus riches (donc leur niveau de consommation), c’est une priorité. Mais cela ne suffirait même pas à compenser les émissions additionnelles induites par l’accès des plus pauvres à un mode de vie décent. Un tel différentiel ne s’effacerait même pas si l’on parvenait à supprimer complètement la part disproportionnée de la pollution générée par les 1% les plus riches, ou même par les 5% les plus riches. Pour compenser, il faudrait schématiquement rayer de la carte la pollution des 10% les plus riches, soit le mode de vie de près de 800 millions de personnes, notamment tous les Français gagnant plus de 2600 euros par mois.

C’est l’un des paradoxes du développement au regard de l’action écologique : d’un côté, le développement vise à sortir les populations pauvres de la précarité, leur donner accès à l’énergie, à un meilleur confort de vie… Mais de l’autre côté, ce développement implique de permettre au plus grand nombre de consommer plus d’énergie, de ressources, et donc de générer plus de pollution.

Développement et écologie : une équation complexe

En théorie, il devrait être possible de suivre des objectifs de développement et de réduction des inégalités en même temps que des objectifs écologiques. Par exemple en développant des énergies bas carbone, en améliorant l’efficacité énergétique, en trouvant des formes alternatives de production. Mais dans la pratique, l’énorme demande en énergie et en ressources générée par les populations sortant de la pauvreté, ne serait-ce que pour se loger et se nourrir correctement, rend difficile la transition vers des modèles plus vertueux.

Ainsi, en Chine par exemple, les énergies renouvelables ou bas carbone comme le nucléaire ne suffisent pas à répondre à la demande croissante en énergie pour l’habitat ou les productions industrielles permettant le développement du pays. De ce fait, les autorités sont contraintes de continuer à ouvrir de nouvelles centrales à charbon. Les pays les moins avancés suivront très probablement la même tendance dans les prochaines années, et ce, même si les énergies bas carbone continuent à se développer.

Le contre-exemple européen et les améliorations de l’efficacité écologique globale permettent seulement d’avoir l’espoir que le développement sera “moins pire” dans le futur qu’il ne l’a été par le passé. Mais il laisse penser que seuls les pays ayant atteint un niveau de développement conséquent peuvent se permettre de passer à des modèles moins carbonés de façon durable.

À terme, il y a donc un vrai enjeu : celui de trouver les moyens de faire coïncider les objectifs de développement et de réduction des inégalités et ceux de la transition écologique. Il s’agira alors certainement de réduire les émissions des plus riches, de continuer les efforts menés pour sortir les populations de la pauvreté, mais aussi de pousser pour que ces politiques se fassent en intégrant quand c’est possible des formes de développement moins carbonées. Mais la question de fond est encore plus profonde : elle implique de penser une transformation générale de nos modes de vie et de nos modes de développement capable éviter une crise climatique dramatique.

Du point de vue climatique, ce ne sont pas seulement les inégalités le problème : c’est le mode de vie que l’on vise. Et le mode de vie qui est aujourd’hui érigé en modèle sera toujours problématique sur le plan climatique, même en lissant les inégalités. Même si les inégalités disparaissaient, si toute la planète vivait comme la “classe moyenne globale” d’aujourd’hui, nous émettrions toujours 5.3 tonnes de CO2 par personne. Soit 2.5 fois trop par rapport au budget carbone qui permettrait de stabiliser le climat. L’enjeu est donc global : réduire les inégalités, certes, mais le faire en adoptant un mode de vie plus sobre globalement, changer de modèle, produire et vivre autrement.

Voir aussi : Faut-il avoir peur de la décroissance ?

Photo par Kristen Morith sur Unsplash

Dans ces temps de désinformation et fakenews où les sujets qui comptent vraiment sont trop souvent oubliés ou torturés dans la sphère médiatique…

 

…nous sommes plus que jamais déterminés à décrypter et analyser tous les grands phénomènes qui agitent nos sociétés. A mettre sur le devant de la scène de l’information fact-checkée, basée sur la science, sans a priori et sans concession. A fournir aux citoyens de meilleures clefs de compréhension et d’action dans un monde en transition.
Pour fournir une information indépendante, de qualité, disponible au plus grand nombre et sans publicité pour le nouveau 4×4, nous pensons que l’information doit être libre.
Mais cela ne peut se faire sans vous.

 

Chaque soutien compte. Un message nous fera toujours plaisir, vous savoir sur nos réseaux sociaux FacebookLinkedin, et Twitter est un honneur ainsi que si vous êtes pro, vous savoir abonné à notre newsletter ! Mais soyons clairs, nous avons aussi besoin de votre soutien financier pour mettre l’information de qualité sur le devant de la scène.

 

Réaliser un don déductible de votre impôt sur OKpal

 

Une question ? Un doute ? Découvrez qui nous sommes ou contactez-nous

À votre tour d'agir !
Ces informations vous sont utiles ? Montrez-le !
Partagez pour faire connaître ce sujet !
Commentez
Partagez votre expérience avec la communauté
S'abonner Abonnez-vous à notre newsletter pour rester informé

Commentaires

Vous devez vous connecter pour poster un commentaire

Il n'y a pas encore de commentaire. Inscrivez-vous ou connectez-vous pour être le premier à partager votre expérience ou poser votre question à l'auteur.