transports-publics-gratuits-tallinn

À Tallinn, des transports publics gratuits favorisent une mobilité écologique et économique

Clément Fournier

Clément Fournier - Rédacteur en chef

Youmatter

Formé à Sciences Po Bordeaux et à l'École des Mines de Paris aux enjeux sociaux, environnementaux et économiques, Clément est depuis 2015 rédacteur en chef de Youmatter.

Voir tout

Découvrez l’expérience de Tallinn, qui a rendu en 2013 ses transports publics gratuits pour tous les résidents. Les résultats sont étonnants.

Dans les grandes capitales européennes, le transport public coûte cher. Plus de 220 euros par mois à Londres, 170 à Copenhague, environ 80 euros à Berlin, ou 73 euros à Paris. Dans toutes ces villes, on cherche à développer mieux ces transports, à les favoriser pour éviter le développement d’une mobilité individuelle trop envahissante, bruyante et polluante. Les transports publics sont un moyen de permettre aux habitants de se déplacer moins cher, de façon plus écologique. Et pourtant, le grand public a encore du mal à se mettre réellement à utiliser les transports publics : en France, sur 14 millions d’actifs ayant un lieu de travail fixe, plus de 6 millions pourraient utiliser un transport public ou alternatif, mais préfèrent utiliser la voiture individuelle.

Mais que se passerait-il si les transports publics étaient gratuits ? Si on pouvait se déplacer partout en ville sans jamais rien payer ? Les voyageurs prendraient-ils plus souvent les transports publics ? Cela serait-il rentable pour les collectivités ? C’est l’expérience qu’a voulu tenter Tallinn.

C’était en 2013. Tallinn, capitale de l’Estonie, décidait de proposer à ses habitants un référendum sur la gratuité des transports publics. Sans surprise, les citoyens ont plébiscité la mesure, et depuis l’ensemble des transports publics de la ville sont gratuits. L’objectif de la mesure ? Favoriser les transports publics, réduire l’usage de la voiture individuelle, proposer une mobilité plus écologique, mais aussi économiser de l’argent, pour les citoyens bien sûr, mais aussi pour l’Etat.

Des transports publics gratuits : quels résultats ?

transports-en-commun-gratuits-tallinn-resultatsMais alors quels sont les résultats de cette expérimentation, 3 ans après la mise en place ?

La mesure mise en place est simple : tous les résidents de Tallinn peuvent utiliser gratuitement les transports en commun, à condition d’être enregistrés comme citoyen de la ville.

On s’en doute, après la mise en place d’un transport gratuit, le nombre de passagers des transports publics a augmenté. Près de 8% de croissance ! Les habitants de Tallinn utilisent donc plus les transports en commun, qui ne leur coûtent désormais que 2 euros (le tarif pour obtenir la « green card »). Par contraste, la RATP a affiché en 2015 une croissance de ses voyageurs de seulement 0.9%, malgré des investissements conséquents (1,9 milliard d’euros pour améliorer le réseau).

Et malgré la gratuité des transports publics, les sociétés de transport et les collectivités ont gagné de l’argent ! D’après les officiels de la ville, ce sont près de 20 millions d’euros annuels supplémentaires qui ont été engrangés par les transports publics depuis la mise en place de la gratuité. Comment expliquer ce gain ? En rendant les transports gratuits, la ville aurait augmenté son attractivité : près de 25 000 personnes se seraient enregistrés comme résidents de la ville (et y paient donc désormais des impôts locaux) depuis la mise en place de la gratuité. Pour une ville de 416 000 habitants, cela représente une croissance de 6% de ses résidents, et donc de ses contribuables ! Difficile pour autant de dire si une telle opération serait rentable dans le contexte d’une ville comme Paris, qui bénéficie d’une situation très différente.

De leur côté, les habitants profitent d’un transport gratuit et de qualité : une stratégie gagnant-gagnant. 90% des habitants se disent désormais satisfaits de la qualité des transports et des nouveaux schémas mis en place en même temps que la gratuité.

Transports publics gratuits : encore des progrès à faire

shutterstock_154978970Malgré tout, la mesure n’a pas encore suffit à régler les questions de transports dans la ville. Ainsi, la circulation automobile a continué à augmenter. Mais l’augmentation du traffic par transport en commun est le signe que progressivement, les résidents de Tallinn changent leurs habitudes : ils préfèrent un transport gratuit, relativement fiable et sans contraintes. Pour l’heure, ce sont surtout les populations les plus défavorisées qui bénéficient de cette mesure : les plus aisés continuent malgré tout à utiliser leur voiture.

Pour que les transports en commun se développent, et que le transport automobile diminue enfin dans la ville, les autorités prévoient désormais d’augmenter le coût du transport individuel : augmenter le prix des parking notamment, où taxer la circulation à l’intérieur de l’espace urbain. Avec de telles mesures, il sera beaucoup plus intéressant financièrement pour les voyageurs d’emprunter les transports en commun. La municipalité prévoit également d’envisager une stratégie de promotion du vélo !

Plusieurs villes dans le monde souhaitent s’inspirer de la stratégie de Tallinn. Ainsi, la ville chinoise de Chengdu (14 millions d’habitants, et complètement paralysée par les problèmes de transport) ou encore Bucharest, capitale de la Roumanie, ont contacté les responsables de l’expérience estonienne afin d’envisager sa mise en place dans leurs villes respectives. En France, peu de villes s’intéressent à la question : Aubagne et Châteauroux ont expérimenté des politiques similaires, et ont toutes deux vu leur ratio d’utilisation des transports publics augmenter. Mais ce sont de petites villes et pas des capitales comme Tallinn.

 

Et si Paris et les grandes capitales s’inspiraient de ce modèle ? Cela serait-il rentable ? Et cela permettrait-il de réduire les pics de pollution de la ville, qui coûtent chaque année des milliards d’euros en plus de détruire la santé des habitants ? Difficile à dire, mais il faut en tout cas garder un oeil sur l’expérience Tallinn, qui pourrait être riche d’enseignements pour les urbanistes et les gestionnaires des grandes villes européennes.

 

À votre tour d'agir !
Ces informations vous sont utiles ? Montrez-le !
Partagez pour faire connaître ce sujet !
Commentez
Partagez votre expérience avec la communauté
Abonnez-vous à notre newsletter pour rester informé

Commentaires

Vous devez vous connecter pour poster un commentaire

  • Jean SIVARDIERE, FNAUT
    Votre article ne démontre en rien l'intérêt de la gratuité des transports urbains. Bien évidemment, les ménages modestes voient leur mobilité facilitée, c'est d'ailleurs surtout dans les quartiers pauvres (russophones) qu'elle a un impact. Maie le même résultat aurait pu être obtenu en introduisant une tarification solidaire basée sur le quotient familial, comme à Strasbourg, voire des mesures de gratuité pour les ménages les plus pauvres. Pourquoi se priver de la contribution des usagers qui ont les moyens de payer ? D'autre part la gratuité intéresse peu l'automobiliste, qui est prêt à dépenser beaucoup pour continuer à utiliser sa voiture. Votre enquête le démontre : la fréquentation des transports publics à Talinn n'a pas augmenté massivement depuis l'introduction de la gratuité, la circulation automobile a continué à augmenter et la municipalité envisage aujourd'hui des mesures de dissuasion de la voiture pour obliger les automobilistes à changer de comportement. Enfin, en se privant des recettes des usagers, la municipalité se prive de moyens financiers importants qui auraient pu être consacrés à l'investissement et à une exploitation plus étoffée. Certes, à Talinn, le nombre de résidents-contribuables a augmenté,… mais c'est au détriment des ressources fiscales des communes périphériques. La municipalité de Talinn aurait dû commencer par faciliter les déplacements des piétons et cyclistes pour éviter qu'ils ne se reportent sur les bus gratuits pour des trajets courts et ne les encombrent inutilement ; et décourager la circulation automobile en introduisant un péage urbain dont le produit l'aurait aidé à améliorer l'offre de transport public. Une dernière remarque : ce qui est le plus grave pour la santé des citadins, ce ne sont pas les pics de pollution mais la pollution quotidienne. Et la gratuité instaurée lors des pics a un impact négligeable sur le comportement des automobilistes. Jean Sivardière, vice-président de la FNAUT
    • Clément Fournier
      Bonjour Monsieur ! Merci de votre retour, c'est un point de vue très intéressant. À mon sens la gratuité des transports en commun est avant tout une mesure intéressante sur le plan symbolique, puisqu'elle véhicule l'idée que les transports publics sont (et doivent être) considérés comme un bien commun, et donc comme un service public (j'irai presque jusqu'à dire un service régalien, assuré par l'acteur public). À ce titre, la mesure n'a d'intérêt, effectivement, que si elle s'accompagne de mesures conséquentes visant à les rendre attractifs, aussi bien dans le sens de l'amélioration des infrastructures que dans le sens de la désincitation à utiliser les transports privés motorisés. Si effectivement Tallinn pousse le raisonnement jusqu'au bout et augmente de façon significative le coût du transport individuel motorisé dans son centre ville, l'attractivité du transport public devrait théoriquement augmenter, et pas seulement chez les ménages modestes. Qu'en pensez-vous ? D'autre part, il ne s'agit pas nécessairement de "se priver" des recette des usagers, mais de les transférer à un autre niveau, c'est à dire au niveau fiscal. J'avoue ne pas être certain de ce que j'avance sur ce sujet puisque les sources brutes sont difficilement accessibles en Anglais ou en Français, mais il me semble que la mesure était assortie d'une augmentation des impôts locaux destinés à compenser le "manque à gagner". Pour moi, l'intérêt de cette démarche est qu'elle reporte sur chaque citoyen le coût du service public de transport au lieu de ne le faire peser que (ou à peu de chose près) sur ceux qui l'utilisent le plus, à savoir des populations qui bien souvent n'ont pas le choix (financier) de faire autrement. Mais vous semblez bien connaître l'expérience de Tallinn, n'hésitez pas à me faire savoir si je me trompe. Puis-je vous demander de me contacter sur mon e-mail (cfournier@comeen.com) afin que nous puissions discuter de ces sujets ? Je serais intéressé d'avoir votre expertise sur des sujets liés aux transports (sur lequel je compte faire un dossier éditorial prochainement). Merci de votre retour, Bonne journée à vous, Cordialement, Clément
  • Doremi
    Je crois personnellement à l'effet bénéfique d'une telle mesure.... D'un point de vue économique mais aussi d'un point de vue de bien-être !