Et si notre tasse de café était 100 % neutre en carbone ? Nespresso s’engage sur la voie de l’agriculture durable

Clémence Nutini -

Clémence Nutini a débuté sa carrière au département environnement de McDonald’s France puis a intégré le monde du conseil en développement durable chez Synergence, puis Deloitte, où elle s’est spécialisée sur le secteur de l’agroalimentaire et du retail. Clémence est depuis 2019 Responsable du Développement Durable de Nespresso France, où elle mène des missions diverses dont la réduction de l’empreinte carbone, la mise en place de la certification ISO 14001 ou encore le déploiement du recyclage des capsules en aluminium.

Tout afficher

Boire une tasse d’espresso Nespresso représenterait actuellement une émission de 46 grammes de C02, selon le référentiel français élaboré par le Syndicat français du café, avec l’ADEME et l’Afnor. Cette estimation prend en compte le cycle de vie complet du produit, à savoir sa culture, sa livraison, sa production, l’emballage, la distribution, l’utilisation et la fin de vie. Si les Français ont déjà la possibilité de boire une tasse Nespresso neutre en carbone depuis 2016, ce n’est pas le cas partout. La marque souhaite étendre cet engagement au monde d’ici 2022, qu’il s’agisse de clients à domicile ou de clients professionnels. 

La neutralité carbone implique avant tout la réduction des émissions de CO2 à chaque étape du cycle de vie du produit. En tant qu’acteur du changement, Nespresso fait un pas de plus vers la neutralité carbone, seul moyen d’assurer l’avenir du café de qualité, grâce notamment au pouvoir de l’agroforesterie. Zoom sur la neutralité carbone comme solution pour assurer l’avenir du café avec Clémence Nutini, responsable Développement Durable de Nespresso.

En tant que torréfacteur de café, nous dépendons directement des aléas climatiques affectant la production de cette boisson, la 2ème plus consommée au monde. Nous devons ainsi évoluer, aller toujours plus loin et nous engager pleinement dans la lutte contre le changement climatique, par le biais de la réduction des émissions et de la neutralité carbone notamment. C’est le seul moyen de maintenir une offre de qualité, d’assurer l’avenir du café, et le nôtre par extension. 

Réduire les émissions de gaz à effet de serre pour atteindre la neutralité carbone

Nespresso réduit son impact carbone depuis plus de 10 ans maintenant. C’est grâce à la mise en place progressive de pratiques durables que nous sommes aujourd’hui en mesure de nous engager sur la voie d’une tasse de café neutre en carbone dans le monde entier d’ici 2022.

Nespresso est d’ores-et-déjà parvenue à atteindre la neutralité carbone pour l’ensemble de ses opérations sur les scopes 1 et 2, soit sur les bureaux, les centres de production ainsi que les boutiques. Les scopes constituent des périmètres au sein desquels les émissions de gaz à effet de serre d’une entreprise sont étudiées. Par exemple, le scope 1 encadre les émissions directes liées à l’activité d’une entreprise. Le scope 2 repose quant à lui sur la mesure des émissions indirectes en lien avec les consommations énergétiques. Enfin, le scope 3 regroupe les émissions indirectes qui ne découlent pas de la production mais d’autres étapes du cycle de vie du produit. C’est sur ce scope 3 que Nespresso France compense intégralement les émissions de CO2 liées à la consommation de chaque tasse Nespresso bue dans l’Hexagone, et ce depuis 2016.

La diminution de notre impact carbone s’est notamment basée sur l’utilisation d’énergie renouvelable dans nos opérations. Nos boutiques fonctionnent progressivement grâce à de l’énergie renouvelable et nous élevons progressivement la part de biogaz utilisée dans nos 3 centres de production. L’amélioration de l’efficacité énergétique de nos machines tout comme l’augmentation de l’utilisation de plastique recyclé dans ces dernières, ainsi que d’aluminium recyclé dans nos capsules ont également contribué à la diminution de notre impact carbone. En avril dernier était par exemple lancée la machine Vertuo Next, une machine composée à 54 % de plastique recyclé, transportée dans un packaging 100 % recyclable. Un mois plus tard, nous annoncions le lancement de nos premières capsules fabriquées à 80 % d’aluminium recyclé.

Nous nous engageons désormais dans la réduction des émissions du scope 3 au niveau mondial, c’est-à-dire les émissions provenant de la chaîne d’approvisionnement et du cycle de vie de notre café. Cette ambition repose en grande partie sur l’agriculture durable et notamment le système d’agroforesterie. 

L’agroforesterie, ou comment assurer l’avenir du café en plantant des arbres

L’atteinte de la neutralité carbone passe avant tout par la réduction de nos émissions, puis par la compensation de nos émissions de gaz à effet de serre résiduelles. Pour ce faire, Nespresso collabore avec PUR Projet depuis 6 ans afin de développer massivement l’agroforesterie au sein des fermes de café. Grâce à PUR Projet, nous avions par exemple estimé que nous devions planter environ 500 000 arbres par an afin de compenser la totalité de nos émissions de CO2 liées aux tasses de café consommées en France. La compensation est un mécanisme permettant à une entreprise de supprimer directement ou indirectement des gaz à effet de serre de l’atmosphère. Dans notre cas, il s’agit de financer des projets de plantations d’arbres au cœur des fermes de café de nos producteurs partenaires. Nous avons planté jusqu’ici en Colombie, au Guatemala, en Ethiopie et en Ouganda.

L’agroforesterie constitue une solution pertinente et s’avère très efficace sur plusieurs points. Il s’agit premièrement de capturer et de séquestrer le CO2 présent dans l’atmosphère grâce à la plantation d’arbres au sein et autour des fermes de café, et dans les zones alentours. Nous avons ainsi prévu de tripler notre capacité de plantation dans les pays producteurs de cafés d’ici 2022. Ce type de projet est appelé insetting, c’est-à-dire un mécanisme de compensation qui intervient au sein de notre chaîne de valeur. 

Dans le cadre de la production de café, l’agroforesterie est compatible avec le développement du caféier et lui est même bénéfique. En effet, l’ombre offerte par les feuillages améliore la qualité du café et la quantité récoltée. Ce type d’agriculture régénératrice possède de multiples atouts puisqu’elle permet aux caféiculteurs de diversifier leurs revenus en vendant le bois ou les fruits issus des arbres ou encore… du miel, la plantation d’arbres favorisant la biodiversité sur les fermes. L’écosystème tout entier s’en trouve restauré. Du point de vue du café, la qualité augmente grâce à une terre enrichie par le couvert organique formé par les feuilles se déposant au sol. L’agroforesterie constitue une solution durable pour assurer l’avenir du café de qualité 

En tant qu’acteurs du changement, les entreprises ont un rôle à jouer dans la lutte contre le changement climatique. Il est nécessaire de fournir aux consommateurs les clés pour consommer durable. Nespresso s’engage à ce titre en choisissant d’abord de réduire son impact carbone, puis de compenser les émissions de gaz à effet de serre résiduelles de chaque tasse de café Nespresso consommée dans le monde afin de proposer une offre de café 100 % neutre en carbone, grâce notamment à l’agroforesterie. Il s’agit d’envisager et de mettre en place une agriculture durable afin d’assurer l’avenir du café. 

A votre tour de passer à l'action !
Ces informations vous sont utiles ? Montrez-le !
Share to raise awareness
S'inscrire Rejoignez le mouvement pour ne rien manquer