responsible consumption sustainable definition examples

Responsible consumption: definition and examples

2019, February 3rd

What is the definition of responsible consumption? How can we be responsible consumers and make more consumption choices that are good for the planet and for society? e-CSR decrypts it for you. 
responsible consumption sustainable definition examples
For several years, we have become increasingly aware of the impact of our daily consumption. It affects not only society and the economy but also our planet and our health.  As a result, the media, consumers and businesses are increasingly talking about “responsible consumption” or “responsible drinking”. But what does it really mean? How can we consume responsibly? Let’s find out.

Definition: Responsible Consumption – What is it?

Responsible consumption is a way of consumption that takes into account the foundations of sustainable development. That is to say, this is a way of consuming that is beneficial considering 3 different cornerstones, by no specific order. First, it benefits the economy, especially the local economy, as it allows goods and services to be traded, benefiting the agents involved in these trades. Secondly, it has a positive impact on society, as the products or services purchased are linked to a workforce that has fair wages and working conditions and they’re also positively good for the buyers (in matters such as health). Finally, a responsible consumer also acknowledges the impacts associated with products’ different stages (from its production, transportation, and disposal) and tries to buy the ones with a lower impact.

Responsible Consumption or Sustainable Consumption?

Sometimes we also use the term “sustainable consumption” when we talk about responsible consumption. However, the definition of responsible consumption is wider than the definition of sustainable consumption. Sustainable consumption applies more specifically to the concept of sustainability, that is to say, the environmental dimension of purchasing goods and services. The Ministry of Sustainable Development defines sustainable consumption in three dimensions:

  • Buying better – buying greener products;
  • Consuming better – wasting less and having a more sustainable consumption;
  • Throwing away better – take into account recycling in particular.

By its turn, responsible consumption has a larger meaning. It implies the concept of consumer responsibility which can affect many areas from the ecological impact of consumption to its social, economic and health impact. To better distinguish both:

  •  Sustainable consumption means to consume in a way that allows us to preserve our resources and the environment as much as possible.
  • Responsible consumption means instead to have a consumption which is more environmentally friendly but also considers the social and economic impacts of consumption.

How to define responsible consumption concretely?


Responsible consumption is a broad concept that has not only an environmental dimension but also an economic, social and health dimensions. In reality, the trendy side of responsible consumption is variable since it depends on the sensitivity of consumers. Some responsible consumers will focus on the ecological side of their consumption, trying to choose seasonal, organic and ecological products. Others will focus on the impact that their choices will have on the economy by choosing locally produced products. There are also the ones who’ll choose their products according to what’s best for their health.
If a definition of responsible consumption was to be given, it would be a consumption that meets at least one or more of the following criteria:

  • Consumption of green products that have a low impact on the environment:
    • Products from certified sectors respecting the environment or biodiversity;
    • Commodities with a low carbon footprint;
    • Organic products;
    • Goods that preserve the quality of soil, water and air and generally prevent pollution, deforestation and the depletion of natural resources.
  • Consumption of products according to their respect for social norms and their impact on societies:
    • Goods made in good working conditions, without forced child labor and that respect working hours and international conventions;
    • Products manufactured in compliance with ethical standards (especially corruption);
    • Goods made in cooperation with local communities, respecting their lifestyles and business profit (such as fair trade).
  • Consumption of “healthier” products, respecting health standards:
    • Products without phthalates, bisphenol, and other toxic and dangerous products;
    • Commodities without pesticides or other chemical inputs;
    • Goods manufactured in accordance with hygiene standards;
    • Food products with healthy nutritional composition.
  • Consumption of products with a positive economic impact:
    • Locally made products;
    • Productions that encourage the economic autonomy of their producers (as opposed to reliance on commercial or industrial systems such as supermarkets);
    • Goods that create more jobs as well as economic and social integration for workers;
    • Products that promote employees’ work-life quality.
  • The consumption of products manufactured under conditions respecting certain ethical or moral principles:
    • Respect for animal welfare;
    • Respect for fairness and individual freedoms;
    • Any other principle contributing to the development of the general interest.

Responsible consumption: an individual definition


As we’ve seen, the definition of responsible consumption is homogeneous and depends on consumers’ concerns. The essential point of responsible consumption is to be aware of the impacts of consumption on these various criteria and to act to make this consumption more positive.

Responsible consumption issues: a question defining priorities

By engaging in responsible consumption, we can act at very different levels, on economic, social or ecological issues.
Sometimes, the issues of responsible consumption can even be contradictory. For example, consuming made in France is good for the national economy, employment, economic development, but perhaps bad for the environment. Thus, it is known that French strawberries have a greater carbon impact than Spanish strawberries, even if imported and transported by truck. The same life cycle analysis has even been conducted in the UK and shows that “national” strawberries emit 41% more CO2 than strawberries imported from Spain.
Depending on whether we put ecology and the protection of ecosystems at the front, our health, employment or the local economy, different steps towards responsible consumption can be walked.

Examples of responsible consumption approach: how to consume responsibly?

It is therefore impossible to give an example or a global approach of responsible consumption. Nevertheless, to be a more responsible consumer, there are certain strategies.

Consumption and responsible food

In terms of food, a “responsible consumer” will probably be a consumer who tries to avoid as much as possible food waste. This consumer is likely to favor a more ecological consumption of its food (by choosing less polluting foods), which favors products that are good for the planet, but also the short circuits.

Responsible consumption: how to shop?

Practicing responsible consumption also means knowing better the products being bought and their environmental, social or economic impact. The problem is that sometimes it’s difficult to tell the difference between a product from a responsible brand or not! But there are more and more tools to be better guided in this daily responsible consumption journey. In particular, one can learn about the CSR strategy of different brands.

Responsible consumption: a question of information

We should also keep in mind that many of our daily purchases have an impact on the environment or the economy and act accordingly. Thus, one must be aware of the impact of certain products or services:

Your turn to take action!
Show how useful this article has been
Share to raise awareness around you!
Comment
Share your experience with the community
Subscribe to our newsletter to stay up-to-date

Comments

  • WTF
    Il ne faut pas oublier non plus que les plupart des matériaux et minéraux rares proviennent des mines chinoises et souvent ces mines ultra polluante finissent par créer des villes complete ultra intoxiqué.
  • bernarde
    bravo pour la prévention des risques chimiques des métaux et composés métalliques ! : http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/risque-chimique/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=69&dossid=500
  • Dan
    La pollution la plus importante est le chauffage bien sur il faut trouver de nouvelles technologies pour rendre nos voitures moins polluantes mais la production de batteries et du lithium nous promet une pollution majeure voire un désastre écologique en production et recyclage je pense que nos politiques feraient mieux d’imposer le chauffage électrique dans nos villes de créer des transports de bus électriques le temps que nous trouvions des solutions de recyclage des batteries aujourd’hui les voitures électriques coûtent très chères et n’ont pas d’autonomie les nouveaux moteurs diesels dispose d’un dépolluant Adblue l’oxide d’azote est transformé en azote inoffensif et en eau.nos politiques confondent affolement et précipitation et ne sont capables que d’une chose créer des taxes supplémentaires reste à espérer que cet argent ira à la recherche de l’energie et de l’ecologie
  • Pierre Sylviane BroBla
    Et quid de l'hydrogène ? On n'en parle pas ou très peu.
  • Pierre Tortel
    Pourquoi ne fait on pas plus de recherches sur le moteur à air comprimé ? pas de co2 ou de déchets toxiques... pasd’émission de chaleur. Pas de pollution dans les embouteillages : à l’etat Statique il s’arrête. On peut regonfler le réservoir avec un autre réservoir en quelques minutes avec l’energie qu’on veut (électricité verte éolienne panneaux solaires : de l’énergie gratuite) nous serions indépendants energetiquement . Un des seuls problèmes serait de « convertir »de l’air sous pression en une quantité d’air plus importante pour avoir plus d’autonomie
  • chess
    Actuellement le % de voitures électriques est marginal. S'il s'accroit à l'avenir ce ne sera évidement pas avec la technologie Li-ion qui date de 1991 (Sony) mais avec des batteries lithium de nouvelles génération (on parte d'1 million de cycles de charge) ou même sans lithium (solid state sodium par exemple). Extrapoler des technologies dépassées sur une hausse des volumes pour conclure à une catastrophe... l'exercice a une valeur prédictive très limitée.
    • Richard
      ET portant ce sont bien les médiocres Li-ION avec Cobalt qui sont utilisées,et on n'aura surement pas un million de cycles, on parle plutôt de quelques milliers de cycles avec détérioration qui augmente avec la température. Il est donc important d'avoir un controle constant de la température surtout si on veut effectuer des recharges rapides.
  • Frédéric Yvan
    qui a écrit ce tissu d'ânerie ? on peut avoir un nom svp ?. D'une part le lithium n'est pas l'alfa et l'omega des batteries les laboratoires travaillent déjà sur les prochaines générations (zinc, sodium-ion, graphène) et d'autre part les batteries actuelles sont recevable à plus de 90% mais le problème ne se pose plus avec les nouveaux circuit s de prolongement de vie (habitat, stations de recharge) bref un article simplement dépassé ou volontairement orienté ?
    • Clément Fournier
      Bonjour Frédéric. Sur e-RSE.net, les auteurs des articles sont mentionnés à droite de l'article tout en haut de la page. Ici il s'agit donc de moi. Pour vous réponde : le lithium n'est certes pas l'alpha et l'omega des batteries en théorie, mais dans la pratique tous les véhicules actuels et ce qui sont prévus à la production pour les prochaines années dépendent du lithium et du cobalt. Les autres types de batteries sont théoriquement possibles mais elles n'existent pour l'instant pas de façon industrielle et n'ont pour l'heure pas les rendements suffisants pour un usage réel (voir à ce sujet les avancements du CNRS sur les batteries sodium). La situation actuelle de Tesla et les goulots d'étranglement que subit cette entreprise sur le lithium justement sont d'ailleurs un bon indicateur de cette tendance. Ensuite, il est bon de noter que quel que soit le matériau utilisé, zinc, sodium, graphène, cobalt, plomb ou lithium, la multiplication des batteries amènera nécessairement à une pression nouvelle sur la ressource. Sans parler du coût énergétique de l'extraction de ces nouveaux matériaux, des goulots d'étranglement qui existeront sur la chaîne de production et bien d'autres choses. Nécessairement donc, les batteries auront un impact environnemental considérable. Quant au recyclage, il est théoriquement possible à 85 - 90% (comme je le dis d'ailleurs dans l'article) mais n'est en pratique réalisable de façon industrielle qu'à 50 - 80%. Ce sont en tout cas les chiffres que j'ai avec les études à ma disposition. Si vous avez d'autres sources, n'hésitez pas à les communiquer. Deuxièmement, sur le prolongement de la vie des batteries pour le stockage sur le grid : c'est à l'heure actuelle un mythe pur et simple. On en a beaucoup parlé dans les médias depuis 2012 mais en réalité un certain nombre d'impossibilités techniques font aujourd'hui barrière à ce type de développements. D'abord, nous n'avons pour l'instant aucun moyen de prévoir à quel point et à quelle vitesse aura lieu la dégradation de la capacité de stockage de ces batteries avec des cycles de charges intenses tels que ceux qui ont lieu sur des véhicules électriques. Les estimations les plus optimistes tablent sur 30% de perte de capacité mais cela pourrait être bien plus. Avec des estimations optimistes, GM et Chevrolet ont estimé (là encore de façon optimiste) qu'il était possible avec 5 batteries usagées haut de gamme, de fournir une capacité de stockage pour 1 maison moyenne pendant 6 à 10 heures au maximum. Et encore sans compter l'augmentation des besoins électriques qui auront irrémédiablement lieu d'ici là. C'est très peu. Il faudrait environ 150 millions de batteries usagées pour stocker assez d'électricité pour les ménages français. Compte tenu des ventes attendues sur les VE, c'est hautement improbable. Ensuite, on sait fort bien que le marché ne sera certainement pas adapté à la généralisation de ce type de pratiques pour des raisons techniques et économiques. Si un marché du stockage domestique se développe, il se développera sur sa filière propre, avec des batteries conçues et dimensionnées pour cet usage, par rapport auxquelles les batteries usagées des VE ne seront ni compétitives ni techniquement adaptées. Je vous laisse lire à ce sujet l'interview du CTO de Tesla : https://cleantechnica.com/2016/08/22/vehicle-to-grid-used-ev-batteries-grid-storage/. Même en imaginant que le marché se développe à plein comme ce que laisse espérer le BNEF, cela ne ferait une capacité de stockage que de 26 GW... Soit à peu près de quoi assurer la consommation de puissance de deux pays comme la Norvège. On est loin du compte pour parvenir à stocker assez d'énergie pour l'ensemble de la planète. Il faudra donc bien construire d'autres batteries spécifiques. Les estimations les plus optimistes sur ce sujet parlent d'une puissance de stockage équivalente à 5% de l'électricité consommée à peine (source : http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0378775315007545). À tous ces problèmes il faut ajouter un certain nombre de difficultés liées à la gestion du réseau : les batteries sont diverses, leurs capacités de charge variables, leurs spécificités techniques peuvent-être extrêmement différentes. Or on sait que pour qu'un grid fonctionne de façon optimale il faut homogénéiser au maximum le réseau de stockage pour ne pas créer d'instabilité sur le réseau. Prenez un réseau constitué de dizaines de millions de batteries à des stades de dégradation différents, constitué de matériaux différents, avec des spécificités techniques (capacités de charge, puissance) différentes, et vous obtenez la recette parfaite pour un réseau instable, soumis aux pannes. Dans un contexte où l'on prévoit la montée du renouvelable, c'est à dire l'intermittence, c'est exactement ce qu'on ne veut pas. Bref, il faut énormément spéculer et être vraiment extrêmement optimiste pour pouvoir penser que l'utilisation des batteries des voitures à des fins de stockage résoudra tous les problèmes environnementaux liés aux batteries. Et ce d'autant plus que dans tous les cas, cela ne fait que prolonger la durée de vie des batteries. Il faudra donc bien à terme savoir comment gérer leur fin de vie. Or plus une batterie est usagée, plus elle est difficile à recycler. Bonne journée,
      • Tristan
        Et bien ! cette réponse est à elle seule plus complète que l'article, et sans perdre son calme ; bravo !
  • Traonvouez Luc
    Trois problèmes différents: 1°) la consommation de fossile pour la production d'électricité. Tesla 100kWh/500km-> 0,2 kWh/km--> 25 à 140g CO2/km selon qu'on utilise du gaz ou du charbon dans les centrales thermiques. Nucléaire: autres Pb. ENR: marginal +autres déchets. 2°) Production des batteries: cout d'extraction du lithium 3°) recyclage des batteries, lié à leur durée de vie. On annonce 10 000 cycles, mais en réalité les batteries de PC et de tel portable durent moins. Bilan: contactez INSULA France pour une solution de stockage alternative.
  • Charlotte Malvy
    Bonjour Clément, le thème de votre article ainsi que son contenu sont intéressants. Son titre un peu racoleur me surprend. Evidemment que la question des batteries est importante dans la durabilité du business model de l'électrique. Mais comme vous le soulignez, de même que le mix énergétique du pays. Malgré tout, l'enjeu étant de faire baisser le CO2 et les particules fines, qui sont nocives pour la santé, l'électrique est tout de même la meilleure solution. Il est suffisamment difficile d'imposer les énergies alternatives dans le transport, n'apportons pas de l'eau au moulin à ceux qui veulent garder le thermique. Et encourageons la montée des alternatives à la voiture, car de toute façon il faut des réponses multiples à des enjeux colossaux ! Bonne journée à tous.
    • Clément Fournier
      Tout à fait d'accord avec vous. Je précise d'ailleurs bien à la fin de l'article qu'il faut viser non seulement une transition vers l'électrique, mais aussi une nouvelle intermodalité. Mais gardons à l'esprit que si "l'enjeu es de faire baisser le CO2 et les particules fines", il y'en a bien d'autres des enjeux : la biodiversité, la préservation des ressources non-renouvelables, l'éco-toxicité. Et sur ces enjeux il n'est pas certain que l'électrique soit meilleur que le thermique. Gardons le à l'esprit pour ne pas nous lancer corps et âme dans la révolution du tout électrique comme nous l'avons fait pour le tout pétrole : c'est à dire sans prévoir les conséquences.
  • Charlotte Malvy
    Bonjour Clément, le thème de votre article ainsi que son contenu sont intéressants. Son titre un peu racoleur me surprend. Evidemment que la question des batteries est importante dans la durabilité du business model de l'électrique. Mais comme vous le soulignez, de même que le mix énergétique du pays. Malgré tout, l'enjeu étant de faire baisser le CO2 et les particules fines, qui sont nocives pour la santé, l'électrique est tout de même la meilleure solution. Il est suffisamment difficile d'imposer les énergies alternatives dans le transport, n'apportons pas de l'eau au moulin à ceux qui veulent garder le thermique. Et encourageons la montée des alternatives à la voiture, car de toute façon il faut des réponses multiples à des enjeux colossaux ! Bonne journée à tous.
    • Pat Frances
      Bonjour , ne serait il pas plus intéressant de créer une filière de production de véhicule à pile à combustible , il y a surement un impact moins importants sur l'environnement.
    • Clément Fournier
      Tout à fait d'accord avec vous. Je précise d'ailleurs bien à la fin de l'article qu'il faut viser non seulement une transition vers l'électrique, mais aussi une nouvelle intermodalité. Mais gardons à l'esprit que si "l'enjeu es de faire baisser le CO2 et les particules fines", il y'en a bien d'autres des enjeux : la biodiversité, la préservation des ressources non-renouvelables, l'éco-toxicité. Et sur ces enjeux il n'est pas certain que l'électrique soit meilleur que le thermique. Gardons le à l'esprit pour ne pas nous lancer corps et âme dans la révolution du tout électrique comme nous l'avons fait pour le tout pétrole : c'est à dire sans prévoir les conséquences.
  • Adeline Almero
    Au final, peut-on dire que l'impact environnemental est plus important si on considère l'ensemble du cycle de vie des voitures électriques par rapport aux autres véhicules "conventionnels" ?
    • Clément Fournier
      Bonjour Adeline. Pour être tout à fait clair sur cette question : non, l'impact environnemental d'un véhicule électrique n'est pas "pire" que celui d'un véhicule conventionnel. Globalement, un véhicule électrique sera probablement plus écologique qu'un véhicule conventionnel (en fonction du mix énergétique avec lequel il fonctionne). En France, avec un mix énergétique décarboné (majoritairement) il est même très intéressant de choisir un véhicule électrique du point de vue environnemental. Mais ce qu'il faut comprendre c'est que les impacts sur l'environnement des véhicules électriques et conventionnels sont différents : la question du lithium ou du recyclage des batteries est une problématique différente de celle des émissions de CO2 des véhicules à essence. Aujourd'hui, le problème environnemental le plus urgent est le réchauffement climatique, la priorité est donc de réduire les émissions de CO2, et donc d'utiliser moins d'essence. En ce sens, les véhicules électriques ont toute leur place dans la transition écologique (d'autant plus si cela va de pair avec une transition vers l'électricité renouvelable). Malgré tout, il faut garder à l'esprit que la production de ces véhicules électriques n'est pas neutre en termes environnementaux et qu'il y aura aussi des problématiques à régler, notamment au niveau des batteries. Mais dans tous les cas, sur le plan environnemental, il vaut mieux choisir le véhicule électrique, et faire ce choix dans le cadre d'une transition énergétique vers l'énergie sans carbone (renouvelable notamment). Donc, non, on ne peut pas dire que l'impact environnemental des véhicules électriques soit plus important que celui des véhicules conventionnels.
  • Adeline Almero
    Au final, peut-on dire que l'impact environnemental est plus important si on considère l'ensemble du cycle de vie des voitures électriques par rapport aux autres véhicules "conventionnels" ?
    • Clément Fournier
      Bonjour Adeline. Pour être tout à fait clair sur cette question : non, l'impact environnemental d'un véhicule électrique n'est pas "pire" que celui d'un véhicule conventionnel. Globalement, un véhicule électrique sera probablement plus écologique qu'un véhicule conventionnel (en fonction du mix énergétique avec lequel il fonctionne). En France, avec un mix énergétique décarboné (majoritairement) il est même très intéressant de choisir un véhicule électrique du point de vue environnemental. Mais ce qu'il faut comprendre c'est que les impacts sur l'environnement des véhicules électriques et conventionnels sont différents : la question du lithium ou du recyclage des batteries est une problématique différente de celle des émissions de CO2 des véhicules à essence. Aujourd'hui, le problème environnemental le plus urgent est le réchauffement climatique, la priorité est donc de réduire les émissions de CO2, et donc d'utiliser moins d'essence. En ce sens, les véhicules électriques ont toute leur place dans la transition écologique (d'autant plus si cela va de pair avec une transition vers l'électricité renouvelable). Malgré tout, il faut garder à l'esprit que la production de ces véhicules électriques n'est pas neutre en termes environnementaux et qu'il y aura aussi des problématiques à régler, notamment au niveau des batteries. Mais dans tous les cas, sur le plan environnemental, il vaut mieux choisir le véhicule électrique, et faire ce choix dans le cadre d'une transition énergétique vers l'énergie sans carbone (renouvelable notamment). Donc, non, on ne peut pas dire que l'impact environnemental des véhicules électriques soit plus important que celui des véhicules conventionnels.
      • Jerome Fortunel
        "Aujourd'hui, le problème environnemental le plus urgent est le réchauffement climatique, la priorité est donc de réduire les émissions de CO2, et donc d'utiliser moins d'essence." SI vous arrivez à comprendre que cette assertion est complètement fausse, cela va changer les donner du problème auquel vous vous attaquez.
        • Clément Fournier
          Cette assertion est vraie, en tout cas elle correspond à l'état actuel de la connaissance scientifique. Bonne journée,
  • Karl Noben
    Assez d'accord. L'avenir est sans aucun doute plus a une meilleure complémentarité entre les moyens de déplacement individuels à court distance (en premier lieu desquelles les chaussures et les vélos) et un système de déplacement moyenne et longue distance mutualisé. La voiture est amenée tôt ou tard à basculer du bien privé au bien mutualisé pour plein de raisons (coût unitaire déraisonnable par rapport à la pression qui s'exerce sur les revenus des ménages, taux d'utilisation extrêmement faible, cycle d'obsolescence de l'électronique, congestion et coût des infrastructures). Pour le reste, l'Europe est maillée d'un réseau assez dense d'infrastructures de captation électrique pour véhicules qui dispenses du besoin de batteries : le réseau ferré ;-)
  • Karl Noben
    Assez d'accord. L'avenir est sans aucun doute plus a une meilleure complémentarité entre les moyens de déplacement individuels à court distance (en premier lieu desquelles les chaussures et les vélos) et un système de déplacement moyenne et longue distance mutualisé. La voiture est amenée tôt ou tard à basculer du bien privé au bien mutualisé pour plein de raisons (coût unitaire déraisonnable par rapport à la pression qui s'exerce sur les revenus des ménages, taux d'utilisation extrêmement faible, cycle d'obsolescence de l'électronique, congestion et coût des infrastructures). Pour le reste, l'Europe est maillée d'un réseau assez dense d'infrastructures de captation électrique pour véhicules qui dispenses du besoin de batteries : le réseau ferré ;-)
  • Philippe GRANGIER
    la batterie comparée à un moteur sauf que c'est comparable à du carburant il faut comparer pollutions et pollutions ou alors on compare l'ensemble da chaine énergétique à mettre en oeuvre pour faire rouler un véhicule sur 7 ans
  • Philippe GRANGIER
    la batterie comparée à un moteur sauf que c'est comparable à du carburant il faut comparer pollutions et pollutions ou alors on compare l'ensemble da chaine énergétique à mettre en oeuvre pour faire rouler un véhicule sur 7 ans