ecologie dogmatique ideologie

L’écologie mérite mieux que les bêtises qu’on raconte en son nom

Clément Fournier

Clément Fournier - Rédacteur en chef

Youmatter

Formé à Sciences Po Bordeaux et à l'École des Mines de Paris aux enjeux sociaux, environnementaux et économiques, Clément est depuis 2015 rédacteur en chef de Youmatter.

Voir tout

Trop souvent, certains discours écologistes se laissent gagner par les approximations voire les erreurs, souvent idéologiques. Pour avoir un discours écologique convainquant, il faut apprendre à parler d’écologie de façon un peu plus intelligente.

On parle de plus en plus d’écologie, partout, dans les médias, sur les réseaux sociaux, en société… De fait, le discours écolo est de plus en plus visible et il y a de très bonnes raisons à ça : l’urgence écologique n’a jamais été aussi pressante, et les conséquences de cette crise commencent déjà à être dramatiques.

Néanmoins, l’urgence écologique n’est pas une raison pour que certains de ses partisans en profitent pour dire n’importe quoi. Or, sur de nombreux sujets, la pensée écolo est parfois prétexte à des approximations voire des contre-vérités. Et si l’on veut que l’écologie avance, c’est une pratique qu’il faut d’urgence remettre en question. Prenons quelques exemples.

Nucléaire, agriculture, technologies : quand l’écologie devient un prétexte idéologique

Si l’on ne peut que se réjouir que la pensée écologiste soit de plus en plus entendue, on ne peut que regretter, en revanche, qu’au nom de l’écologie, certains acteurs prennent aujourd’hui des positions disons… très discutables sur le plan de l’objectivité et de la vérité scientifique.

Nucléaire, écologie et désinformation

Le nucléaire en est un bon exemple : des associations écologistes aux partis politiques écolo, en passant par les grands médias écolo, tous ou presque affichent clairement des positions anti-nucléaires. Jusque-là, pas de soucis. Tout le monde peut avoir un avis sur le nucléaire et y être opposé pour un certain nombre de raisons. Mais là où cela pose problème, c’est lorsque cette position pousse à dire des choses erronées.

Et c’est particulièrement le cas sur la question des liens entre nucléaire et climat, où l’on entend régulièrement des déclarations plus fausses les unes que les autres.

Il y a par exemple Greenpeace, qui dans son classement sur les fournisseurs d’énergie “vertes”, déforme carrément la vérité en prétendant que le nucléaire est une source importante d’émissions de CO2. Dans sa méthodologie*, l’association note les sources d’énergie selon deux critères : les émissions de CO2, et “l’impact sur l’environnement”. Alors que les panneaux solaires bénéficient de la note maximale sur le critère CO2, le nucléaire, lui perd des points… Paradoxal, quand on sait que produire 1kWh d’électricité à partir d’énergie nucléaire émet 4 à 5 fois moins de CO2 qu’avec des panneaux solaires.

Fréquemment, dans de nombreux discours écolo, on retrouve cette idée que le nucléaire est une énergie “carbonée”, qui émet de grandes quantités de CO2. L’affirmation est même si répandue que désormais près des 2/3 des Français considèrent le nucléaire comme une énergie contribuant au réchauffement climatique. Or il faut le répéter : ces affirmations sont tout simplement fausses. Le nucléaire, avec en moyenne dans le monde 12 g de CO2 seulement par kWh d’électricité produite (contre 800 pour le charbon ou 50 pour les panneaux solaires), est l’une des sources d’énergie les plus faibles en carbone. C’est un fait démontré par le GIEC. En France, avec seulement 6 g de CO2/kWh selon l’ADEME, c’est même la source d’énergie émettant le moins de CO2 dans le pays, devant les éoliennes, les panneaux solaires et toutes les autres. En fait, pratiquement tous les pays du monde qui présentent une électricité émettant peu de CO2 ont recours au nucléaire, à l’exception de ceux qui ont accès à de grandes ressources hydro-électriques (Norvège, Brésil, Autriche…).

De même, lorsque Yannick Jadot prétend sur Twitter que l’énergie nucléaire est “intermittente” c’est une déformation manifeste de la réalité. L’énergie nucléaire est pilotable, elle peut produire à n’importe quel moment. Certes, il faut parfois mettre des réacteurs à l’arrêt pour des phases d’entretien, ou pour des raisons réglementaires. Mais cela n’en fait pas une énergie intermittente, terme qui renvoie plutôt aux nouvelles énergies renouvelables (éolien, solaire), qui produisent seulement une fraction du temps : quand il y a du vent, ou du soleil. La production d’électricité nucléaire est prévisible, pilotable, elle n’est pas soumise aux aléas du climat.

D’ailleurs, c’est précisément l’intermittence des énergies renouvelables qui rend difficile la transition énergétique. À cause de cette intermittence, il faut conserver des moyens de production pilotables, et construire des infrastructures de stockage. Résultat : sortir du nucléaire mènerait au pire à une hausse de nos émissions de CO2 à moyen terme, au mieux à un ralentissement de la sortie du charbon. Cette réalité, pourtant bien décrite dans la PPE, constitue un paradoxe que les tenants de l’écologie anti-nucléaire ont semble-t-il beaucoup de mal à accepter.

L’agriculture simplifiée des discours écologistes

Si le nucléaire est un sujet sur lequel certains acteurs du milieu écologiste est régulièrement en décalage avec la véracité des faits, ce n’est pas le seul, loin de là. En matière d’agriculture, quand les questions écologiques sont abordées, c’est bien souvent très confus et simplificateur.

Sur les pesticides, par exemple, on retrouve souvent des approximations, des chiffres déformés, des simplifications, parfois outrancières. Sous prétexte de dénoncer l’effet sur la santé des pesticides ou leur effet sur l’environnement, certains acteurs oublient au passage la prudence scientifique. Exemple en 2013, quand les déclarations alarmistes de Générations Futures sur la toxicité des pesticides ont été dénoncées par Jean-François Narbonne, toxicologue expert à l’ANSES. Et encore deux ans plus tard sur Atlantico. Ou encore, lorsque Cash Investigation, l’émission d’Elise Lucet déforme complètement les études de l’EFSA portant sur les pesticides, pour les faire coller à son message catastrophiste.

Aujourd’hui, la tendance continue, avec l’initiative des “pisseurs de glyphosate”, qui vise à mesurer les résidus de glyphosate dans les urines des consommateurs. Sauf que l’objectif de ces mesures est encore une fois très discutable sur le plan de la pertinence scientifique et de l’objectivité. D’abord, les méthodes de mesure utilisées par l’association sont extrêmement controversées. Mais surtout, la concentration urinaire en glyphosate ne dit rien de sa dangerosité. Or il faut le rappeler : le consensus scientifique actuel sur le glyphosate tend plutôt à montrer sa faible dangerosité aux taux d’exposition habituels, même s’il reste de nombreuses questions en suspend (voir : Glyphosate : quels dangers pour la santé et l’environnement ?).

Il ne s’agit évidemment pas de dire qu’il n’y a aucune crainte à avoir avec les pesticides, loin de là. Il est légitime de vouloir réduire, progressivement, l’usage des pesticides. Il y a d’ailleurs de nombreux débats scientifiques sur le sujet, notamment sur des réalités que l’on connaissait jusqu’ici assez mal : l’impact des pesticides sur la biodiversité, les interrogations naissantes autour de l’effet cocktail. Mais l’existence de ce débat scientifique n’est pas une raison pour déformer les chiffres des études scientifiques existantes, ou pour caricaturer et simplifier les choses. Tous les pesticides ne font pas l’objet des mêmes craintes en matière de santé ou d’environnement, tous les usages ne sont pas identiques. Tout n’est pas si simple que “sortons des pesticides tout de suite”. Les scientifiques s’attachent d’ailleurs chaque jour, comme en témoignent les initiatives des organisations scientifiques comme l’INRA, à montrer la complexité du problème.

Or, avec ces approximations et ces discours caricaturaux, le milieu écolo finit par alimenter des contre-vérités au sujet des pratiques agricoles. Comme les déclarations simplistes de Yannick Jadot, récemment dénoncées dans l’Humanité, qui propose une sortie facile des pesticides de synthèse, avec à la clef 200 000 emplois agricoles, paraît-il. Peu importe que l’agriculture biologique soit moins productive, et parfois très compliquée à mettre en oeuvre. Peu importe que l’agriculture biologique utilise elle aussi des pesticides, dont l’effet sur la santé est aussi controversé que celui des pesticides de synthèse…

Il y a aussi ceux qui proposent tout simplement de convertir toute notre agriculture à la permaculture, ou à l’agriculture vegan comme L214. Tout ça en dépit de la réalité du monde agricole, de ses pratiques réelles, de ses contraintes sociales et économiques, pourtant bien documentées dans les rapports scientifiques, comme celui de l’INRA ici.

Un refus parfois idéologique des avancées technologiques ?

Et puis il y a ce rapport très ambigu d’une partie des écologistes à la technologie et aux progrès technique. C’est logique : les racines philosophiques de la pensée écologique plongent jusqu’à des penseurs qui ont théorisé une critique forte de la technologie : Gunther Anders, Hans Jonas, Jacques Ellul, Bernard Charbonneau…

Sauf que la technologie n’est pas PAR PRINCIPE mauvaise pour l’environnement. Elle peut l’être, et d’ailleurs nombreux sont les acteurs à prôner aujourd’hui le low-tech, la sobriété technologique, la sobriété numérique. Mais ces acteurs se basent, eux, sur des projections scientifiques valides. Au contraire, lorsque l’on trouve sur le site d’EELV un vrai réquisitoire contre la voiture électrique, où ils prétendent qu’elles polluent autant qu’une thermique, on ne peut que regretter une telle désinformation. La voiture électrique pollue 2 à 3 fois moins qu’une voiture thermique ! Toutes les études récentes sont d’accord là-dessus. Le texte d’EELV est certes un peu ancien (2017) mais depuis le temps, n’aurait-il pas pu être mis-à-jour ?

De fait, la pensée écologiste est parfois opposée à tout ce qui ressemble de près ou de loin à une solution technologique. Et à vrai dire, c’est une position qui peut se comprendre. La technologie a souvent des effets rebonds ou des coûts écologiques cachés. Mais avant de refuser, encore faut-il que ces effets et ces coûts soient identifiés. Dans certains cas, c’est loin d’être le cas. Pourquoi une telle opposition, par exemple, au compteur Linky, alors que cet outil devrait, selon RTE, servir à mieux maîtriser notre consommation électrique en vue justement de pouvoir piloter un réseau où les énergies renouvelables seront de plus en plus présentes ? Quelles sont les preuves factuelles des dangers du compteur Linky, qui justifient cette opposition ?

La pente glissante du confusionnisme écologique vis-à-vis de la science

Il y a derrière tout ça une ambiguïté fréquente de la pensée écologiste au regard de la science. D’un côté, les écolo seront nombreux à rappeler la nécessité d’écouter le consensus scientifique s’il s’agit de lutter contre le réchauffement climatique, mais d’un autre côté, lorsqu’il s’agit de regarder objectivement ce que disent les scientifiques sur le nucléaire, l’agriculture ou l’énergie, là, certains n’y arrivent plus. D’ailleurs, lorsqu’on voit le comité scientifique d’une association écologiste comme Générations Cobaye, on ne peut que se questionner… Quel crédit scientifique accorder à une association qui donne sa confiance à Gilles-Eric Seralini, personnalité plus que controversée au sein de la communauté scientifique ? Et qui donne à des personnalités aux discours résolument anti-scientifique une place dans leur comité de soutien ? Ne pourrait-on pas avoir une démarche un peu plus objective, qui consisterait à se faire conseiller par des personnalités reconnues pour leur compétence ?

De fait, aujourd’hui dès qu’il y a une occasion pour certains tenants de l’écologie de dénoncer, de pointer du doigt, il faut la saisir et ce souvent en dépit de la pertinence scientifique. C’est ainsi que régulièrement, certains acteurs écolo dénoncent les “contaminations” de telle ou telle rivière, de tel ou tel aliment, maniant les chiffres de façon hasardeuse, alors qu’il n’y a bien souvent pas d’inquiétude réelle sur le plan scientifique. Dernier épisode en date : les vraies-fausses contaminations au tritium dans la Loire.

Et on finit même par rentrer dans un confusionnisme permanent : on mélange tout, on confond les problèmes, on invente des peurs. Ainsi, Michèle Rivasi représentante politique des mouvements écologistes, continue de fustiger les vaccins en dépit de toute la connaissance scientifique, et persiste à soutenir l’homéopathie, là encore alors que l’ensemble de la connaissance scientifique constate son inefficacité.

Résultat, le monde écologiste devient parfois clivant, au moins par association. On a l’impression que son objectif n’est plus seulement l’intérêt général lié à la protection des écosystèmes, mais le service d’une idéologie dont on n’identifie plus très bien à qui elle profite.

Quand l’écologie se créé ses propres ennemis ?

Dans ce contexte, il n’est pas étonnant que le discours écologiste, notamment ses franges les plus “anti-science”, s’attire progressivement de plus en plus d’adversaires.

Le monde agricole, par exemple, dénonce depuis de nombreuses semaines “l’agri-bashing”, et on peut les comprendre. Réformer l’agriculture pour la rendre plus écologique, ce n’est pas facile et bien souvent, les acteurs de l’écologie prétendent le contraire. En vérité c’est un chantier immense qui doit prendre en compte des réalités multiples.

Il faut s’assurer que l’agriculture reste productive, ce qui est plus complexe sans pesticides. Il faut qu’elle préserve la qualité des sols, or certaines initiatives allant dans ce sens ont paradoxalement besoin de désherbants… dont le glyphosate ! Il faut que l’agriculture reste juste, pour les agriculteurs et ceux dont l’activité dépend de l’agriculture, mais aussi pour les consommateurs. Or une agriculture durable, il faut le répéter, c’est une agriculture plus chère : plus riche en main d’oeuvre, en travail, moins productive. Comment faire pour faire tout ça en même temps, sans que cela rendre le monde encore plus précaire ? Certes, réduire l’usage des intrants agricoles et proposer des méthodes de culture plus intégrées est une piste prioritaire, mais on ne peut pas faire croire que la transition de l’agriculture mondiale vers la permaculture jardinage à petite échelle soit une solution. D’ailleurs, le peu d’exemples disponibles, comme la Ferme du Bec Hellouin montre que le modèle est loin d’être reproductible.

Dans le domaine de l’énergie, les critiques montent aussi : de plus en plus d’experts questionnent la pertinence de l’idée d’une sortie rapide du nucléaire au profit des énergies renouvelables. La Cour des Comptes a ainsi récemment constaté le coût important des énergies renouvelables, pour des réductions de CO2 pratiquement nulles. Des chercheurs estiment qu’elles ne sont pas viables commercialement sans un soutien massif des pouvoirs publics. Il y a aussi la question de la faisabilité d’un mix électrique tout renouvelable qui se pose : quel stockage, quel dimensionnement de la production, quelle interconnexion en Europe ? Tout ça coûte cher, et cela pollue aussi. Cela vaut-il le coup de foncer tête baissée dans cette direction, tout ça pour sortir rapidement du nucléaire ? Là encore, de plus en plus d’experts s’interrogent, sans que les acteurs se réclamant de l’écologie ne remettent en cause une seule seconde leurs certitudes. Est-ce là une saine conception du débat démocratique et technique : rester sur sa position en dépit des preuves qui s’accumulent ?

Le résultat, c’est qu’aujourd’hui, de plus en plus de citoyens considèrent les militants écologistes, les partis politiques verts et les médias écolo comme des amateurs et des idéologues. Dommage quand on sait le temps qu’il faut pour susciter l’adhésion dans une société si divisée.

Les acteurs écologistes peuvent-il faire leur auto-critique ?

On ne convaincra pas l’ensemble des citoyens d’adhérer à un projet de société écologique en continuant à leur dire tout et n’importe quoi. Ni en continuant à diffuser des informations qui prêtent le flanc à la critique, sur le plan méthodologique ou sur le fond.

Il y a urgence à ce que nous soyons capables, chacun d’entre nous, de faire notre auto-critique, de prendre du recul quand nous faisons des erreurs. Il faut être cohérent, rationnel, objectif. Il n’y a que comme cela que l’on pourra construire des propositions viables et acceptées par le plus grand nombre. L’écologie mérite mieux que des positions idéologiques, surtout quand celles-ci sont en décalage avec les faits scientifiques. Elle mérite qu’on soit collectivement capables de dépasser nos dogmatismes pour poser les problèmes clairement avant toute chose. Par exemple, il n’est évidemment pas nécessaire d’être “pro-nucléaire” pour lutter contre le réchauffement climatique. On peut même légitimement proposer un projet de société sans nucléaire, pour de nombreuses raisons. Mais pour être tout à fait objectif, il faut tout de même admettre que se passer de cette énergie pose un certain nombre de défis en termes d’émissions de CO2. Et que ces défis ne peuvent être résolus qu’au prix de concessions sur d’autres indicateurs, écologiques, économiques et sociaux. Il n’y a pas besoin de mentir, ou de déformer la réalité scientifique pour faire ce travail.

Tout cela ne signifie pas, bien au contraire, qu’il faille dépolitiser l’écologie. La question politique a bien-sûr toute sa place dans le débat écologique. Il ne s’agit pas seulement d’un débat technico-technique et scientifique. Bien-sûr, la question de l’ingénierie technique est centrale, et c’est la première qui doit se poser pour que les orientations proposées soient viables. Mais pour la mise en place de ces orientations, la répartition de l’effort, la question de l’acceptabilité sociale, il faut, évidemment, une réflexion politique.

Et là, le débat d’idée, la confrontation des opinions, les propositions de modèles sociaux et politiques différents auraient toute leur place. Mais en attendant, il faudrait au moins que l’on puisse construire ce débat sur des bases saines, des bases en accord avec la réalité des faits scientifiques, des bases qui ne déforment pas et ne simplifient pas les choses au nom de préjugés et d’idéologies déformantes. Et aujourd’hui, on en est loin.

Photo par Jason Blackeye sur Unsplash

* La méthodologie n’est désormais plus disponible sur le site officiel de Greenpeace France mais est toujours disponible ici, sur le site de Greenpeace en Belgique. Plus d’informations sur les biais et inexactitudes de cette méthodologie sont disponibles dans la vidéo du YouTubeur Le Réveilleur ici.

Dans ces temps de désinformation et fakenews où les sujets qui comptent vraiment sont trop souvent oubliés ou torturés dans la sphère médiatique…

 

…nous sommes plus que jamais déterminés à décrypter et analyser tous les grands phénomènes qui agitent nos sociétés. A mettre sur le devant de la scène de l’information fact-checkée, basée sur la science, sans a priori et sans concession. A fournir aux citoyens de meilleures clefs de compréhension et d’action dans un monde en transition.
Pour fournir une information indépendante, de qualité, disponible au plus grand nombre et sans publicité pour le nouveau 4×4, nous pensons que l’information doit être libre.
Mais cela ne peut se faire sans vous.

 

Chaque soutien compte. Un message nous fera toujours plaisir, vous savoir sur nos réseaux sociaux FacebookLinkedin, et Twitter est un honneur ainsi que si vous êtes pro, vous savoir abonné à notre newsletter ! Mais soyons clairs, nous avons aussi besoin de votre soutien financier pour mettre l’information de qualité sur le devant de la scène.

 

Réaliser un don déductible de votre impôt sur OKpal

 

Une question ? Un doute ? Découvrez qui nous sommes ou contactez-nous

À votre tour d'agir !
Ces informations vous sont utiles ? Montrez-le !
Partagez pour faire connaître ce sujet !
Commentez
Partagez votre expérience avec la communauté
S'abonner Abonnez-vous à notre newsletter pour rester informé

Commentaires

Vous devez vous connecter pour poster un commentaire

Il n'y a pas encore de commentaire. Inscrivez-vous ou connectez-vous pour être le premier à partager votre expérience ou poser votre question à l'auteur.