Le numérique : un outil indispensable mais inégalitaire selon les Français

Edouard Lecerf

Spécialiste de l’analyse de l’opinion et de ses évolutions, tant en France qu’à l’international, Edouard Lecerf accompagne depuis une trentaine d’années les entreprises et les institutions en France et à l’étranger. Co-directeur jusqu’en 2017 de la publication « l’Etat de l’Opinion » avec Olivier Duhamel (Président de la Fondation Nationale des Sciences Politiques), il est par ailleurs régulièrement invité à analyser les tendances politiques et sociétales dans les médias (RTL, Europe 1, LCI, BFM, France Info…).

See all

Comment les Français perçoivent-ils le numérique ? Quels bénéfices et quelles opportunités en retirent-ils ? Voient-ils le digital comme un outil d’inclusion ou au contraire un facteur d’inégalités ? Edouard Lecerf, Directeur général adjoint de BVA, revient sur ces questions à travers la présentation de l’étude BVA réalisée avec le Digital Society Forum. Décryptage.

Sans aucun doute, les outils numériques représentent l’une des plus grandes révolutions technologiques, sociales et économiques des dernières décennies. Que ce soit dans le monde du travail, dans l’univers de l’information et des médias ou dans la vie quotidienne des citoyens, le numérique est désormais partout. Internet, les réseaux sociaux, la communication instantanée permettent une myriade de nouveaux usages et de nouvelles opportunités qui ont transformé le monde tel que nous le connaissions.

Mais comment ces outils sont-ils perçus par les Français, y compris ceux qui sont connectés ? Comment nos concitoyens vivent-ils le numérique au quotidien ? Qu’en retirent-ils ? Sont-ils aidés par le numérique ou au contraire freinés ? C’est ce que nous avons voulu savoir. En partenariat avec le Digital Society Forum, plateforme collaborative de démocratisation des usages numériques, nous sommes partis prendre le pouls des Français connectés sur leur vision du numérique.

Le numérique : un outil bénéfique et indispensable pour les Français

Premier constat de notre étude, les Français sont bien ancrés dans leur temps : ils voient le numérique comme quelque chose d’indispensable. Aussi bien pour leur vie professionnelle que dans leur vie privée, les Français donnent un rôle crucial aux outils digitaux et à Internet. 95 % des citoyens jugent important d’avoir accès à Internet, et ils sont même 76 % à juger cela indispensable. 94 % estiment important de maîtriser les outils numériques et plus de 80 % jugent qu’il est important de posséder un smartphone.

Toutefois, les Français ne sont pas pour autant accro aux nouvelles technologies et aux nouveaux usages numériques. Par exemple, près de 60 % des sondés pensent qu’il est secondaire d’être présent ou actif sur les réseaux sociaux.

Le numérique est aussi perçu comme une source d’opportunités, quelque chose qui facilite la vie. Pour 93 % des Français, le numérique permet l’accès à plus de sources d’information différentes, 87 % pensent qu’il facilite les démarches administratives et 82 % estiment qu’il facilite la vie au quotidien en permettant de nouveaux services (courses en ligne, réservation de billet ou restauration à domicile). C’est aussi un outil pour garder le contact avec ses proches pour près de 8 Français sur 10.

Mais c’est aussi dans la vie professionnelle que le numérique prend du sens pour les Français. Ils sont près de 70 % parmi les actifs à considérer que cela permet de trouver ou de changer de travail plus facilement, de mieux échanger avec ses collègues ou ses relations professionnelles, d’acquérir de nouvelles compétences.

Le numérique encore trop inégalitaire

En revanche, pour une partie de la population, le numérique reste encore un outil limité. Plus d’un tiers considère qu’il ne facilite pas l’accès aux droits ou aux prestations sociales, tandis qu’un quart estiment qu’il ne permet pas un meilleur accès à de nouveaux loisirs ou de nouvelles activités.

Ils sont aussi nombreux à n’y voir qu’un outil secondaire dans le cadre professionnel : 36 % n’y voient pas d’intérêt spécifique pour développer son réseau tandis que 42 % pensent que ce n’est pas un outil pertinent pour trouver de nouveaux clients ou faire du business.

D’autre part, alors que l’on perçoit souvent le numérique comme un outil démocratique permettant notamment de réduire les inégalités en donnant accès à tout au plus grand nombre, l’idée n’est pas forcément partagée par les Français. Seuls 18 % pensent que le numérique peut atténuer les inégalités, alors qu’ils sont 39 % à penser qu’il les renforce.

En effet, les Français semblent avoir bien conscience que l’utilité et l’usage du numérique varient en fonction des populations, de leur aisance avec ces technologies nouvelles. Les personnes âgées, les personnes vivant en zone rurale ou encore les personnes à revenus modestes sont souvent perçues comme les catégories de population ayant le plus de difficultés à accéder et à utiliser les outils numériques.

Cette fracture numérique est évidente si l’on regarde comment les Français évaluent leurs “compétences” numériques. Parmi ceux qui déclarent avoir des difficultés avec l’usage numérique, les plus de 50 ans, les classes défavorisées et les inactifs, notamment en zone rurale et en petites agglomérations, sont surreprésentés. Au contraire, ceux qui s’en sortent le mieux avec le digital sont les jeunes, cadres ou CSP+ habitant dans de grandes agglomérations. On retrouve donc dans le numérique les tensions que l’on retrouve partout en France : lieu de résidence, niveau d’étude, niveau de vie…

Comment faire du numérique un outil plus inclusif ?

Ainsi, près d’une personne sur deux s’est déjà sentie démunie, en difficulté ou exclue face à l’usage du numérique, et ce chiffre augmente nettement (jusqu’à 64 %) chez les retraités ou encore les moins diplômés.

Pour autant, les Français ne voient pas ces fractures comme une fatalité. Pour plus de 40 % des Français, le recul de ces inégalités numériques est possible en développant d’abord des formations pratiques pour les personnes peu familières avec ces technologies, et ensuite en améliorant la couverture numérique du territoire en haut débit. 24 % estiment aussi qu’il serait utile d’aider les foyers les plus modestes à s’équiper en outils numériques.

Les Français évoquent également la formation, la pédagogie ou la baisse des prix comme des solutions pour réduire les inégalités numériques.

Cependant, les Français ne font pas vraiment confiance à l’Etat pour agir efficacement sur l’enjeu des inégalités liées aux usages du digital. Au contraire, c’est en priorité aux associations et aux actions citoyennes qu’ils accordent leur confiance (à 35 et 30 % respectivement), les collectivités ou administrations locales n’arrivant qu’en troisième position (24 %) avant les opérateurs télécoms (20 %).

25 % considèrent d’ailleurs que les tutoriels et formations en ligne sont les plus efficaces pour améliorer l’usage des outils numériques ou d’internet, par un enseignement qui permet d’apprendre soi-même.

À la fois outil indispensable et inégalitaire, le numérique est perçu de façon ambivalente par les Français, même chez ceux qui sont connectés. Tous ont bien compris l’intérêt de ces technologies nouvelles et la façon dont elles peuvent rendre la vie plus facile, mais ils sont désormais à la recherche d’une autonomie et d’une équité numérique, que l’on a encore du mal à développer dans le pays.

Crédit photo : People using laptops and smartphones sur Shutterstock.

Your turn to take action!
Show how much this topic matters to you
Share to raise awareness
Comment
Share your experience with the community
Subscribe to our newsletter to stay up-to-date

Comments

There are no comments yet. Signup and login to be the first to share your experience or ask more details to the author.